Archives par étiquette : Philippe Suinen

La Wallonie exporte moins

Philippe Suinen

Philippe Suinen

Article de Martial Dumont dans « Vers l’Avenir » du 27 juin 2013
 
En 2012, les exportations wallonnes ont trinqué. La preuve: elles ont reculé de 2,8 % par rapport à 2011. Le plus mauvais résultat depuis celui enregistré en 2009 (-15 %), conséquence de la crise financière survenue en 2008.

Cette fois, quel est le problème?

Selon le ministre de l’Économie, Jean-Claude Marcourt, c’est la crise de la sidérurgie (ArcelorMittal), des machines de chantier (Caterpillar) et de la chimie de base qui tire les résultats vers la base.

Et puis, analyse Philippe Suinen, patron de l’Agence wallonne à l’exportation, (AWEX), il y a la dégradation conjoncturelle au niveau européen et même mondial: la crise des dettes souveraines dans la zone euro, la faiblesse de la demande, les plans d’assainissement, ne contribuent pas à booster nos exportations. D’autant que la production au niveau mondiale est aussi au ralenti.

Résultat, nous voilà en deçà de nos concurrents directs que sont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas… et la Flandre qui, elle, continue à voir ses exportations progresser malgré les difficultés socio-économiques qu’elle a pu rencontrer (notamment dans le domaine de l’automobile).

Autre signe inquiétant: les ventes wallonnes régressent vers les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine) avec 4,9 %. D’autant plus problématique que pendant ce temps, la moyenne européenne d’exportation vers ces pays a augmenté de 6,6 %…

On notera également que la régression est répartie équitablement au travers des secteurs. Ce qui n’est pas une bonne nouvelle non plus.

Tout n’est pas noir, cela dit. puisqu’on voit quand même une augmentation importante de nos exportations vers l’Afrique et l’Amérique du Nord qui boudaient quelque peu les produits wallons ces derniers temps.

Et puis, selon Philippe Suinen, les premier et deuxième trimestres 2013 devraient s’inscrire dans des tendances de «reprise modérée et graduelle» pouvant intervenir à partir du 3e trimestre, en raison du rebond prévu de l’économie mondiale. En clair, le plus dur serait derrière nous. Rendez-vous dans quelques mois pour confirmation.

Philippe Suinen : « Nous devons avoir encore plus de respect pour les investisseurs étrangers qui viennent en Belgique »

Awex

Dans « Vers l’Avenir » du 6 juin 2013, le patron de l’Awex répond aux question de Martial Dumont.

 

 

Philippe Suinen vous avez lu ce baromètre de l’attractivité en Belgique. Qu’en pensez-vous ?

D’abord, j’ai l’impression que les réponses des entrepreneurs sont un peu frileuses par rapport aux chiffres que nous avons à l’Awex. Peut-être à cause du contexte de crise…

N’empêche, on voit qu’en matière de création d’emplois par exemple, on est à la ramasse et dans un trend inverse au reste de l’Europe. C’est dû à quoi selon vous ?

C’est probablement dû au fait que nous possédons déjà un très haut degré de sophistication technologique dans les investissements existants. Et les investissements qui se font sont surtout des extensions de ceux qui existent déjà. Ils ne sont pas très créateurs d’emplois parce qu’ils sont fortement automatisés.

Et puis, il y a la manière de calculer : si on prend le nombre d’emplois créés par tête d’habitant, la Wallonie est troisième au niveau européen. Le baromètre, lui, ne tient pas compte du nombre d’habitants par pays…

Le baromètre relève cependant que nous sommes très attractifs pour les investisseurs. C’est une bonne nouvelle…

Évidemment ! Ça montre que nous avons le respect du client, que nous offrons un service complet et rapide.

Mais il faut aussi oser examiner nos compétences et les améliorer.

Nous devons également renforcer les éléments qui font notre force. Si on ne fait pas cela, je crains que l’attractivité ne suffise pas dans les années à venir à matérialiser notre force…

Vous faites allusion aux critiques du baromètre sur notre manque de compétitivité ?

Oui. Osons la compétitivité dans tous les sens et veillons à renforcer le respect que nous avons pour les investisseurs étrangers. Les critiques qui sont émises ne m’étonnent pas. Nous faisons le même constat à l’Awex. Et un rapport de l’institution qui gère le commerce extérieur des États-Unis ne dit rien d’autre non plus.

Hormi la réduction de la pression fiscale et la limitation du coût des salaires, qu’est-ce qui pourrait rendre la Belgique encore plus attractive ?

La mise à disposition d’une réserve foncière pour les investisseurs étrangers. Et ça, ça passe par des règles dans l’aménagement du territoire qui protègent contre les recours systématiques. Quand il y a un souci dans un permis, on doit pouvoir corriger le problème et reprendre la procédure là où elle était, et non revenir à la case départ.

Les exportations wallonnes en recul

Philippe Suinen

Philippe Suinen

Belga , 24 avril 2013

Les ventes wallonnes a l’étranger essuient un repli de 3,1% (3,4% en incluant le gaz naturel) pour les neuf premiers mois de 2012 par rapport à la même période en 2011, selon l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers (AWEX), qui présentait mercredi son rapport d’activités pour les trois premiers trimestres 2012.

Le bilan n’est donc pas des plus réjouissant mais on sauve les meubles puisque malgré cette diminution, les exportations wallonnes se maintiennent toujours au-dessus de leur niveau d’avant la crise, a indiqué Philippe Suinen, administrateur général de l’AWEX. Le montant des exportations wallonnes s’élève ainsi à 30 milliards d’euros lors des neuf premiers mois de 2012.

C’est le plus mauvais bilan depuis la contraction sévère de 20,9% enregistrée de janvier à septembre 2009 au plus fort de la récession économique mondiale.

Ces résultats prolongent la baisse de régime de notre commerce extérieur déjà amorcée au troisième trimestre 2011, période depuis laquelle les exportateurs font face à une dégradation conjoncturelle constante sur les marchés étrangers qui découle des inquiétudes permanentes liées à la crise de la dette dans la zone euro et à la santé des finances publiques dans la plupart des économies occidentales.

Un des secteurs les plus sévèrement touchés par l’affaiblissement 2012 est le domaine métallurgique (-13,1%) souffrant de la baisse de la capacité de production de l’acier en Wallonie provoquée par la réduction de la demande d’acier dans le monde et la décision d’ArcelorMittal de fermer la phase à chaud.

La Wallonie et les Pays-Bas vont intensifier leurs collaborations

2013-06-30_190609Belga, 11 mars 2013

Les autorités liégeoises et wallonnes ont accueilli lundi le ministre des Affaires étrangères néerlandais, Frans Timmermans, à Liège, dans le but d’intensifier les relations entre la Wallonie et les Pays-Bas. La délégation néerlandaise a été reçue par Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Economie et du Commerce extérieur, Philippe Suinen, administrateur général de l’Awex, Agence wallonne à l’exportation, et Willy Demeyer, bourgmestre de Liège.

C’est la première fois qu’un ministre néerlandais se déplace exclusivement en Wallonie dans le cadre d’une rencontre bilatérale avec un ministre wallon, révélant un intérêt mutuel à augmenter les échanges entre les deux régions. Les différents intervenants se sont engagés à coopérer davantage en matière de logistique, de technologie et d’innovation.

Ils ont notamment évoqué la situation du Port autonome de Liège et de son homologue de Rotterdam. Notre institution est désireuse de poursuivre les collaborations avec le Port de Rotterdam, a déclaré Willy Demeyer, bourgmestre de Liège et président du Port autonome de Liège. Notre ambition est de devenir un acteur incontournable des ports logistiques.

Le ministre Timmermans est venu accompagné de Hans Biesheuvel, président de l’Association nationale des PME néerlandaise – MKB Nederland, et d’une délégation d’une trentaine d’entrepreneurs spécialisées dans le transport, la logistique ou l’agroalimentaire.

La Belgique est le deuxième partenaire commercial des Pays-Bas.