Archives par étiquette : Issep

Philippe Henry incendié sur sa gestion

Philippe Henry (Ecolo)

Philippe Henry (Ecolo)

Article de Frédéric Chardon dans « La Libre Belgique » du 17 mai 2013

Nouveau coup dur pour les troupes écologistes au sein du gouvernement wallon : un dossier incendiaire d’ »Incidences – La Lettre de l’Environnement » contre le bilan et les méthodes de Philippe Henry (Ecolo), ministre wallon en charge de l’Environnement entre autres. Un vrai brûlot.

°

« Incidences » est une revue belge d’information spécialisée, consacrée aux aspects économiques, politiques et stratégiques des marchés de l’environnement. Gérée par des journalistes professionnels, elle s’adresse aux entreprises, aux décideurs, aux groupes de pressions du secteur.

En résumé, l’article paru le 29 avril dernier stigmatise le dysfonctionnement majeur de la gestion de l’Environnement en Wallonie. Tout d’abord, Philippe Henry est présenté comme « un ministre maladroit, lent, peu mobilisateur, sans visibilité. (…) Ce ministre aura passé plus de temps à se défendre, à courir d’un incendie à l’autre, qu’à bâtir et à imprimer un « souffle » pour un véritable projet à long terme. (…) Le fonctionnement du cabinet pose question et demeure fort peu transparent. »

Administration en rade

Dans les 5 longues et cruelles pages du dossier d’ »Incidences », toutes les carences dénoncées par le média sont passées au crible concrètement. Par exemple, le fait que l’administration wallonne de l’Environnement serait court-circuitée par son propre ministre : après le départ de son dirigeant (Claude Delbeuck) vers le top de tous les ministères régionaux, ce département « n’a donc plus de patron. Qui va le remplacer ? Dans combien de temps ? Mystère  » Sous-entendu : la responsabilité de Philippe Henry dans le manque de leadership au sein de son administration.

A côté de l’administration au sens strict, la Région dispose d’une série d’organismes publics (Spaque, SPGE, Issep, Sriw Environnement ) qui ne fonctionneraient pas mieux : « L’action de ces organismes est régulièrement entravée par un manque de réflexion en profondeur, par un manque de coordination, par des interférences malheureuses ou par des « absences » politiques qui entravent leur fonctionnement.  » « Incidences » cite notamment les révélations de « La Libre » en ce qui concerne la Spaque (LLB du 26 avril).

Pas plus de compliments pour le ministre Ecolo au niveau purement politique : les questions des parlementaires wallons seraient négligées par le ministre. « Si Philippe Henry est le plus sollicité des ministres, sa réactivité n’est pas du tout satisfaisante et la qualité de ses réponses laisse souvent à désirer. Les réponses arrivent beaucoup trop souvent hors délai. De nombreuses questions restent même à jamais sans réponse, ce qui est impensable. (…) »

Parmi les thèmes parlementaires qui n’obtiennent pas de réponse : le fonctionnement des stations d’épuration. « Nous pensons qu’il y a eu à plusieurs reprises des audits externes sur le fonctionnement des stations. L’administration conserve ces rapports sous le boisseau. Cette absence de transparence et plus généralement la non mise à disposition du public des études ressortant du domaine de l’environnement financées grâce à l’argent des contribuables, n’est pas admissible. »

La liste des manquements dénoncés par « La Lettre de l’Environnement » est encore longue, impossible de tout mentionner ici. Mais qu’en pense Philippe Henry, au fait ? « Cet article a été rédigé sans que le service communication du cabinet n’ait été interrogé, s’indigne Pierre Castelain, porte-parole du ministre Ecolo. On y trouve beaucoup de rumeurs et d’on-dit. Les informations sont partiales et pas recoupées. C’est le phénomène de mode actuel de charger gratuitement tout ce qui ressemble à du vert Les résultats de Philippe Henry sont là : la plus grande réalisation de cette législature, c’est la réforme du code de l’Aménagement du territoire par exemple. Nous sommes très à l’aise si on regarde qui a fait quoi dans ce gouvernement.«