Archives par étiquette : Charles Michel

Grand sondage Sudpresse: les Wallons tournent le dos à la monarchie et préfèrent une république

roireineSudpresse, 23 mai 2013

Si la Wallonie devenait indépendante, les Wallons tourneraient le dos à la monarchie et opteraient pour la République wallonne. Voilà l’une des plus grandes surprises du sondage Ipsos/Sudpresse (*) réalisé pour notre grande enquête « La Wallonie sans tabou ».

Bien sûr, répétons-le, il faut replacer cette réponse dans son cadre. Quand on demande aux Wallons pour quel système ils opteraient dans le cas d’une Wallonie indépendante, ils opteraient majoritairement pour la république (53 %) au détriment de la monarchie (47 %).

Autre précision suffisante, on se trouve à la limite de la marge d’erreur (3,1 %). Ce qui signifie quand dans la configuration qui lui est la plus négative, la république ferait quand même jeu égal avec la monarchie. « Mais la stratification de l’échantillon réduit la marge d’erreur», précise-t-on chez Ipsos. « Le résultat interpelle », souligne le politologue Michel Hermans (HEC-ULg), « mais il faut se souvenir que la Wallonie a une forte tradition républicaine, même si on l’avait un peu oublié ces dernières années ».

Globalement, la république arrive en tête dans toutes les provinces (50-50 % dans le Luxembourg) sauf chez les personnes de plus de 55 ans. Les jeunes, les hommes et les Namurois sont les républicains les plus fervents.

Qui dit république dit président et à ce jeu-là, c’est Elio Di Rupo (18 %) qui arrive en tête devant Paul Magnette et Charles Michel, mais ici, c’est l’éparpillement des voix qui frappe. Aucun leader ne se dégage clairement et 41 % des sondés ne voient aucun homme politique actuel dans la peau d’un « président » de la république wallonne.

(*) Le sondage a été réalisé par Ipsos auprès de 1003 Wallons âgés de 18 à 75 ans. L’enquête a eu lieu en ligne et s’est déroulée du 8 au 13 mai dernier. La marge d’erreur maximale est de +/- 3,1