Archives de catégorie : Logo Wallonie

« Bling bling », ce logo wallon !

Wallonie

Wallonie

Article d’Eric Deffet, « Le Soir », 8 juillet 2013

En l’absence du ministre-président Rudy Demotte (PS), Eliane Tillieux (PS) a répondu à l’offensive du MR contre le nouveau logo wallon, lundi au parlement régional. Une occasion de rappeler que c’est l’Awex qui est aux commandes dans ce dossier.

Gaspillage», «erreur stratégique», «bling-bling», pour le chef de groupe MR au parlement wallon Willy Borsus, l’affaire s’apparente à un gigantesque et inutile gaspillage: «Pensez-vous un seul instant que ces visuels vont convaincre un investisseur de venir en Wallonie?»

La réponse aux critiques de l’opposition fut surtout l’occasion de rappeler que les véritables maîtres d’oeuvre dans ce dossier sont l’Awex et Wallonie-Bruxelles International, deux organismes à caractère économique.

L’Awex était à la manoeuvre pour désigner la société (VO Communication) qui a réalisé le logo, le slogan et leurs déclinaisons. C’est elle aussi qui a déboursé 2.500 euros pour racheter le nom de domaine «Wallonia.be» à son propriétaire flamand. C’est elle encore qui exploitera les supports pour lesquels 450.000 euros HTVA ont été dégagés sur les budgets Plan Marshall 2.Vert du ministre Marcourt (PS). Et s’il faut «faire vivre» l’image de la Wallonie à l’avenir, l’Awex et WBI disposent ensemble de 3 millions d’euros annuels pour des plans de communication.

La Wallonie en campagne pour 700.000 euros

Jean-Claude Marcourt

Jean-Claude Marcourt

Belga, 3 juillet 2013

Le ministre wallon de l’Economie Jean-Claude Marcourt présentera jeudi au gouvernement une note visant à octroyer une subvention de 700.000 euros pour assurer la campagne du nouveau visuel wallon à l’étranger, écrit L’Echo mercredi. La campagne sera lancée en octobre et sera visible en télé, en presse écrite et sur des sites internet.
Des actions seront également menées à l’intention de la communauté internationale en Belgique, avec des campagnes d’affichage dans les terminaux Thalys et Eurostar. Le nouveau logo sera déjà visible au Grand prix de F1 de Francorchamps au mois d’août.

Le logo Wallonia.be se déclinera en couleurs

Wallonie

Wallonie

« Le Vif – Belga », 2 juillet 2013

Le nouveau logo, dévoilé par le gouvernement wallon la semaine dernière et choisi parmi quatre propositions, s’articule autour de cinq points noirs dessinant un W. Ce logo sera associé au slogan: « Feel inspired » (Sentez-vous inspiré) et pourra être agrémenté de quatre auras colorées qui, sous la forme d’une fleur, d’un coeur ou encore d’un coquillage, évoqueront tour à tour l’accessibilité, le savoir-faire technologique, l’idée de partage ou encore la qualité de vie en la Wallonie.

Le fond utilisé sous les points pourra se décliner en de nombreuses couleurs, selon son utilisation. Les points pourront quant à eux être noirs ou blancs, en fonction de la couleur du fond.

Le nouveau logo est destiné à une campagne internationale, précise encore Philippe Suinen, qui annonce un plan media international pour la fin de l’année. Le « logo Wallonia » sera ainsi diffusé sur CNN, la BBC mais aussi « sur d’autres grands supports ».

La véritable campagne de promotion du logo, avec toutes ses déclinaisons, est quant à elle attendue pour novembre.

Le logo rigolo

Wallonie

Edito de Thierry Dupièreux dans «Vers l’Avenir» du 29 juin 2013

Bon d’accord, il y en a que ça ne fait pas rire, mais le logo pondu pour dynamiser l’image de la Région wallonne à l’étranger, c’est un ressort comique à lui tout seul.

Dès sa présentation, il a nourri quelques railleries, son prix (60 000 €) semblant à l’opposé de son minimalisme extrême. Cerise sur la gâteau ? La polémique, nourrie hier, autour de la marque Wallonia.be venant rehausser le relooking du branding de la Wallonia Touch. Mettant la charrue graphique avant les bœufs virtuels, le gouvernement wallon a présenté sa nouvelle identité visuelle avant de réellement posséder l’adresse internet Wallonia.be. En termes de communication, ce n’est pas ce que l’on a fait de mieux. C’est franchement une erreur. Lorsque de telles sommes sont engagées (on est quand même dans l’aboutissement concret d’une étude McKinsey qui a coûté 577.000€), il faut présenter un dossier fini, inattaquable, réglé dans ses moindres détails. Là, on est loin du compte. Et on ne peut que sourire face au décalage constaté entre ce couac croquignolet et les envolées lyriques accompagnant la présentation du logo. « Il faut hisser le pavillon » lançait le ministre-capitaine Demotte « il faut se démarquer ». « Au bout de dix ans de plan Marshall » renchérissait Jean-Claude Marcourt « il était temps de se repositionner par rapport à ce que nous sommes aujourd’hui ». C’est-à-dire cinq petits points noirs sur une surface blanche ? Allez ne soyons pas mesquins, c’est vrai qu’un logo efficace ne doit pas forcément être complexe. La simplicité est parfois porteuse. Regardez le swooch, la virgule de Nike ou le « M » de MacDonald, ce sont des logos épurés, sans fioritures. Alors cinq points noirs, finalement, pourquoi pas ? Hier, le logo vivait déjà sa vie sur internet. Détournée à tour de bras dans des versions plus amusantes les unes que les autres, l’identité visuelle wallonne s’est déjà métamorphosée en boules de Lotto, constellation, proie de Pac-Man ou pictogramme de météo neigeuse. Certains affirment que la notoriété d’un logo se mesure aux détournements dont il fait l’objet. À ce petit jeu-là, la Région wallonne peut se vanter d’en sortir gagnante.

La Wallonie s’offre un nouveau logo…

Wallonia

Le gouvernement de la Wallonie s’est mis d’accord jeudi sur une nouvelle identité visuelle pour rajeunir l’image de la Wallonie et (mieux) faire sa promotion à l’étranger. Ce nouveau ‘branding’, qui remplacera l’actuelle charte graphique vieille d’une dizaine d’années déjà, s’appuie sur un logo formé de cinq points noirs dessinant un W et associé au slogan: « Feel inspired » (Sentez-vous inspiré).

« L’objectif est d’assurer un redéploiement de l’image internationale de la Wallonie et de créer une image qui s’éloigne d’un passé périmé avec des industries qui ne seraient plus de ce temps », a commenté jeudi le ministre-président Rudy Demotte lors d’une conférence de presse.

Le nouveau logo pourra au besoin être décliné en quatre « auras » colorées évoquant tour à tour l’accessibilité, le savoir-faire technologique, l’idée de partage ou encore la qualité de vie en la Wallonie.

Selon ses concepteurs, les cinq points du logo évoquent à la fois des pixels, pour illustrer l’idée de réseaux et de technologies, mais aussi les cinq continents à la croisée desquels on trouve la Wallonie.

Le nouveau visuel prend soin de conserver une référence à la Belgique, le logo étant souligné par la mention « Wallonia.be ».

Cette initiative fait suite à l’étude réalisée en 2011 par McKinsey pour renforcer l’image de la Wallonie à l’étranger.

En conclusion, le consultant avait suggéré à la Wallonie de mettre son « ouverture sur le monde » en avant dans sa politique de communication vers l’étranger. Cette nouvelle charte graphique sera utilisée dès la fin de cette année par les différents organes faisant la promotion de la Wallonie à l’étranger, que ce soit pour attirer des investisseurs, des chercheurs ou des touristes. Elle ne devrait dans un premier temps pas être utilisée à l’intérieur de limites de la Région.

Les coûts de ce nouveau ‘branding’ se chiffrent à quelque 60.000 euros, qui viennent s’ajouter au 477.000 euros de l’étude McKinsey que l’opposition MR avait jugés à l’époque fort dispendieux. »C’est en moment de crise qu’il faut hisser le pavillon, qu’il faut se démarquer », a justifié jeudi M. Demotte.

L’économie wallonne dépend à 40% de ses exportations. C’est aussi l’une des régions au monde attirant le plus les investisseurs étrangers. D’où la nécessité de veiller à lui conserver une image moderne, a défendu de son côté le ministre wallon de l’Économie et du Commerce extérieur, Jean-Claude Marcourt: « Le plan Marshall a fait évoluer la perception de la Wallonie et de nous-mêmes. Au bout de dix ans, il était temps de se repositionner par rapport à ce que nous sommes aujourd’hui ».

Belga, 27 juin 2013.

Gouvernement wallon: 16 millions dépensés en com depuis 2009

Article de Martial Dumont, dans « Vers l’Avenir » du 25 juin 2013

Rudy Demotte

Rudy Demotte

Sur quatre ans, le coût des communications initiées par les divers membres du Gouvernement wallon dépasse les 16 millions d’euros!

Et encore, ce ne sont que les montants dont nous avons connaissance suite aux demandes introduites par les Ministres auprès de la Commission de contrôle des communications gouvernementales, analyse le député wallon MR Jean-Paul Wahl, qui a passé au peigne fin les dépenses de promo de chaque ministre depuis le début de la législature.

Il est dès lors plus que probable que la réalité des chiffres soit encore bien plus importante. Nous ne disposons en effet pas des dépenses établies par les services publics (SPW et OIP) et par conséquent, un certain nombre de campagnes d’information initiées par l’administration et où seul le logo de la Wallonie apparaît ne passent pas devant la Commission.

Sans parler, dit-il, des subventions diverses accordées ça et là à des manifestations de toutes sortes, à des associations, clubs sportifs, troupes de théâtre, groupements divers, etc.

Ces faire-valoir échappent à tout contrôle et ne font l’objet d’aucune transparence et objectivité.

En 2012, le gouvernement s’est lâché

Mais qui a dépensé le plus en 4 ans pour sa communication? À en croire les chiffres établis par le député libéral, c’est le Ministre-Président Rudy Demotte qui détient le pompon avec plus de 5 millions d’euros. Essentiellement dépensés en campagne de promo du Plan Marshall 2.vert.

Mais honnêtement, quand vous êtes dans votre salle de bain le matin et que vous entendez une pub pour le Plan Marshall, vous en savez plus après sur le sujet?.

Et Jean-paul Wahl de se poser la question de l’impact réel des campagnes de communication du gouvernement.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire de promotion. Mais il faudrait plus de coordination et moins de saupoudrage. Le gouvernement lui-même reconnaît qu’il faut se limiter. Je constate qu’il ne le fait pas. Et quand on voit certaines campagnes, on se demande réellement à quoi ça sert de dépenser de l’argent pour ça.

Jean-Paul Wahl apporte néanmoins déjà un élément de réponse : à l’analyse, on s’aperçoit que 2012, année des élections communales, les dépenses en communication explosent littéralement : 5 millions rien que pour le premier semestre. Au top : Demotte, Furlan et Nollet.

Et vous allez voir : fin 2013 et début 2014, ça va encore augmenter, pronostique le député MR.

Qui demandera des comptes et des explications aujourd’hui au gouvernement en commission parlementaire.

La « marque » Wallonie coûte cher, trop cher pour le MR

Belga, 27 mai 2013

Willy Borsus (MR)

Willy Borsus (MR)

Le MR s’est alarmé des sommes qui seront dépensées dans le cadre de la stratégie de « branding » de la Wallonie initiée par le gouvernement wallon. A ses yeux, il s’agit d’argent « jeté dans la Meuse », à l’heure où chaque denier public est compté. La société de consultance Mc Kinsey a finalisé l’an passé une étude relative à l’image que la Wallonie devait promouvoir à l’étranger.

Un deuxième marché a été lancé pour désigner le prestataire qui traduira les conclusions de l’étude sous la forme d’un visuel et réalisera les supports de promotion des campagnes qui seront menées. La société VO Communication a été préférée à trois de ses concurrentes pour une offre de 60.620 euros, a indiqué le ministre-président wallon, Rudy Demotte, en réponse à une question de Willy Borsus (MR).

L’opération sera menée par l’Agence wallonne à l’exportation (Awex) et Wallonie Bruxelles-International et les budgets qui y seront consacrés seront compensés par d’autres budgets affectés précédemment à la communication, a assuré M. Demotte.

L’opposition MR s’est étonnée du temps mis pour réaliser cette campagne de communication qui n’a toujours pas commencé. Elle a aussi fustigé les moyens dépensés: près de 600.000 euros pour l’étude (TVA comprise) et, selon ses informations, pas moins de 500.000 euros pour la transposition du concept en campagne de promotion (notamment la création et la diffusion de supports).

« Vous avez pris cet argent et vous l’avez jeté dans la Meuse », s’est exclamé M. Borsus.