Le livre : « La Wallonie, demain – La solution de survie à l’incurable mal belge »

David Coppi – « Le Soir », 29 mai 2019


C’est du Gheude, militant, acharné.

Pour l’ancien proche collaborateur et biographe de François Perin, la messe est dite et ça ne date pas d’hier, pas même du 26 mai. Lisez plutôt son ouvrage : La Wallonie demain – La solution de survie à l’incurable mal belge, édité chez Mols, en librairie depuis peu. Une profession de foi dans l’immanquable scission du pays. Un essai habité par la conviction du destin français de la Wallonie (et européen de Bruxelles), vouée à ce qu’il appelle un « régime d’intégration-autonomie » auprès de la République française.

Une démonstration après tant d’autres du même auteur qui, avant l’essai du jour, a publié, tenez-vous bien : Quand les Wallons s’éveilleront en 2009, Le Petit Guide de l’Après-Belgique en 2010, On l’appelait Belgique en 2011, Lettre à un ami français – De la disparition de la Belgique n 2013, Un Testament wallon – Les vérités dérangeantes en 2016… Il y a un fil bleu, blanc, rouge.

Sans oublier, toujours signées Jules Gheude, la quantité de tribunes, cartes blanches et interviews, bon nombre dans la presse flamande, appelant elles aussi à mettre fin à la fiction belge-belge. Qui s’achève, on l’aura compris, selon l’auteur. Et dont nous vivons peut-être le dernier épisode depuis dimanche 26 mai et la poussée nationaliste-extrémiste au nord. Ce qui nous rapproche un peu plus encore du scénario catastrophe et décisif pour la cause défendue par Jules Gheude. Qui résume l’affaire en citant au passage notre confrère Pierre Bouillon et cette formule, en 2013, dans nos colonnes : « Que fait un séparatiste s’il bénéficie d’une légitimité démocratique ? Ben, il sépare. Ça t’étonne, Yvonne ? »

En tout cas, ça n’étonne ni ne désespère Jules Gheude, qui a hâte de voir l’histoire en marche aller au but. En mesure-t-il les conséquences. Chacun jugera. C’est un autre livre.