Selon Crucke, si le problème du photovoltaïque n’est pas résolu, «il coûtera des millions d’euros au Parlement»

« Le Soir », 6 avril 2019

Le ministre wallon affirme avoir une solution, que la perte de majorité du gouvernement au Parlement pourrait remettre en cause.

Jean-Luc Crucke, ministre wallon de l’Energie l’assure à l’Echo, il a trouvé une solution à la bulle photovoltaïque wallonne. « On a camouflé et reporté la dette dans le passé. Ici, le grand avantage est d’avoir une solution pérenne qui ne coûtera pas aux consommateurs et qui va même diminuer la surcharge pour régler définitivement le problème ».

Comme l’explique l’Echo, « cette solution comprend l’annulation des certificats verts excédentaires grâce à un système de titrisation que va réaliser BNP Paribas Fortis. Via un véhicule spécial, la banque va payer chaque année à Elia les certificats verts wallons qui n’ont pas trouvé preneur sur le marché, et les annuler. L’opération sera financée par l’émission d’emprunts obligataires avec un label « vert », et remboursée grâce à la fameuse surcharge Elia, payée par les consommateurs wallons via leur facture d’électricité. Une surcharge que les consommateurs devront continuer à payer pendant 20 ans, mais qui sera allégée. »

Sauf qu’entre-temps, le gouvernement a perdu la majorité au Parlement, suite à la défection de Patricia Potigny qui a rejoint les listes Destexhe, et le projet de décret de Crucke pourrait être abandonné s’il ne trouve pas une majorité.

« Il est temps de régler définitivement un problème qui empoisonne la Wallonie. J’ai hérité de ce problème du passé mais je n’en suis pas responsable. J’attends de la maturité chez tout le monde mais je n’ai pas encore eu de négociation avec l’opposition sur ce dossier », indique Jean-Luc-Crucke à l’Echo.