Quel flair politique !

Jules Gheude

Charles Michel s’accroche au pouvoir comme le perroquet à sa barre.

Après la démission des ministres N-VA, il entend poursuivre, jusqu’aux élections législatives du 26 mai 2019, avec une coalition ultra-minoritaire (52 sièges sur 150 au Parlement), en comptant sur la « bonne volonté » de l’opposition pour soutenir, au cas par cas, les projets qu’il souhaite mener à bien (économie, sécurité, climat). Comment peut-il imaginer qu’en pleine sphère électorale, les Di Rupo, Nollet et consorts seront disposés à lui venir en aide ! Quant à la N-VA, dont l’objectif final reste la disparition de la Belgique, le contexte lui est on ne peut plus favorable pour démontrer que ce Royaume n’a plus ni queue ni tête.

La seule solution réaliste consiste à appeler dès maintenant les citoyens aux urnes. Le fossé, une fois de plus, apparaîtra béant entre le Nord et le Sud, et l’impasse sera totale quant à la formation d’un nouveau gouvernement.

Fin de la comédie belge ! Nous avons, en ce qui nous concerne, déjà expliqué comment nous concevions l’avenir de la Wallonie (voir notre site www.gewif.net).