La Wallonie reporte d’un an sa réforme des allocations familiales

RTBF Info, 22 mars 2018

Le gouvernement wallon MR-cdH a décidé, ce jeudi matin, de reporter d’un an la réforme des allocations familiales. « Toutes les garanties de réussite [de la réforme] ne pouvaient être apportées en ce qui concerne les applications informatiques en support du nouveau modèle« , explique la ministre en charge, la cdH Alda Gréoli. « Les perspectives de développement de l’application utilisée pour les payements des allocations laissent apparaître que des problèmes pourraient se poser le premier janvier prochain, lorsqu’il s’agira de combiner à la fois le transfert de la compétence ET la mise en place des nouveaux montants. Les deux opérations seront donc séquencées » développe la ministre wallonne de l’action sociale.

Le gouvernement dit assurer « la pleine et entière gestion de la compétence » dès ce 1er janvier 2019 : logistique, personnel (« pas une mince affaire« ). Mais les montants ne changeront pas.

Ce qui change en 2019

Le transfert effectif de la compétence va permettre à la Wallonie de mettre en place de nouvelles mesures : l’octroi des suppléments sociaux uniquement en fonction des revenus et non plus des statuts, de nouvelles conditions de droit des enfants bénéficiaires : droit semi-automatique pour les 18-21 ans, qui ne devront plus prouver qu’ils sont encore à charge des parents, neutralisation des jobs étudiants pour calculer les obstacles au droit. Il y a également le droit orphelin sans référence à la remise en ménage de l’auteur survivant.

Ce qui ne change (finalement) pas en 2019

Comme l’indique le communiqué de presse d’Alda Gréoli, « les allocations familiales pour les enfants nés du 1er janvier au 31 décembre 2019 seront de montant identique à ceux connus actuellement. Tous les enfants nés en 2019 appartiendront donc au système actuel. Les nouveaux montants entreront en vigueur pour les enfants nés à partir du premier janvier 2020. »

La ministre indique cette décision de reporter d’un an « n’entraînera aucun surcoût par rapport aux estimations faites par le Gouvernement. »

Reste une question : cette année de « rab » permettra-t-elle au gouvernement de revoir son projet ? A Bruxelles, le cdH pilote également cette réforme et un accord se fait attendre. Le parti centriste a toujours voulu rapprocher, le plus possible, réforme wallonne et bruxelloise. Se dirige-t-on vers un rapprochement des modèles ? Du côté de la ministre Gréoli, on l’assure, ce n’est absolument pas le cas, le modèle wallon ne changera pas.

Rappelons que le budget des allocations familiales, en Wallonie, c’est 2,25 milliards d’euros…