Le ministre wallon de l’Énergie répond aux critiques du bourgmestre de Liège, concernant le démantèlement de l’intercommunale.

Jean-Luc Crucke revient sur la décision de scinder Resa et Nethys: «C’est indiscutable»

« Le Soir », 1er mars 2018

 

Critiqué pour son décret sur la scission de Nethys/Resa, le ministre de l’Énergie Jean-Luc Crucke s’est exprimé ce jeudi matin au micro de La Première. «  Séparer Resa de tout ce qui est concurrentiel, donc de Nethys, c’est indiscutable. C’est une décision qui a été prise par la commission d’enquête du gouvernement wallon. Nous avons tous intérêt à nous serrer les coudes pour une Wallonie plus performante », rappelle-t-il.

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, dénonçait mercredi les coûts liés à ce décret  : une perte d’au moins 20 millions d’euros pour la Ville, selon lui. « Je ne sais pas où M. Demeyer a été cherché ces chiffres, puisqu’a priori ces chiffres n’existent pas encore ! On peut imaginer que Resa va avoir des coûts différents, mais également des dividendes différents  », répond Jean-Luc Crucke, pour qui le rapprochement Resa-Ores est le schéma le plus prometteur. «  Regardez le paysage flamand : là où les distributeurs ont fusionné, c’est 100 millions d’économie. Et le premier bénéficiaire de ces économies, c’est le consommateur. On doit pouvoir faire pareil chez nous avec la même rentabilité  », estime le ministre wallon de l’Énergie.