La réforme wallonne des allocations familiales approuvée à l’unanimité en commission

« La Libre Belgique », Belga, 23 janvier 2018

La commission de l’Action sociale du parlement wallon a mené au pas de charge mardi les débats sur le projet de réforme des allocations familiales, qu’elle a approuvée à l’unanimité en début de soirée, laissant toutes ses chances à une entrée en vigueur au 1er janvier prochain. Le dossier est l’un des plus importants de la législature 2014-2019, puisqu’il pèse près de 2,25 milliards d’euros, soit près de 15% de l’ensemble du budget wallon.

Initié par le précédent gouvernement (PS-cdH) à la suite de la défédéralisation de cette compétence (6e réforme de l’État), le projet de l’ex-ministre Maxime Prévot (cdH) avait été repris par la nouvelle majorité MR-cdH et sa ministre de l’Action sociale Alda Greoli (cdH).

Il prévoit que, pour chaque enfant né à partir de l’entrée en vigueur de la réforme (1er janvier 2019, voire 2020 si les préparatifs administratifs devaient s’enrayer), la famille recevra une allocation de base de 155 euros jusqu’aux 18 ans de l’enfant et 165 euros de ses 18 à 24 ans.

Le rang de l’enfant n’intervient donc plus dans le calcul du montant des allocations: le montant octroyé au premier enfant sera égal à celui des enfants suivants. Il prévoit aussi un montant augmenté à partir de 18 ans, suivant en cela la hausse avérée des coûts liés à l’enfant à partir de cet âge.

Les changements concerneront uniquement les enfants nés à partir de l’entrée en vigueur. Pour les enfants nés avant, le modèle actuellement utilisé subsistera pour s’éteindre de façon progressive, jusqu’en 2043. Il n’y aura donc aucune diminution de montant pour les familles actuelles, souligne la ministre.

La Wallonie est ainsi la première entité du pays à valider son modèle d’allocations familiales, sa caisse publique et l’agrément des caisses privées, se réjouit-elle.