Transferts financiers Nord-Sud, la décrue?

RTBF-Info, 7 juillet 2017

En matière de transferts de richesse Nord-Sud, les études se suivent… et se ressemblent. Ou presque. En général, ces études indiquent qu’en moyenne les transferts annuels en partance de la Flandre vers la Wallonie se situent entre 6 et 8 milliards.

Cette fois-çi, ce sont les professeurs André Decoster et Willem Sas de l’Université de Louvain (KUL) qui se collés à l’exercice, à la demande du gouvernent flamand.

Dans leur étude réalisée entre avril 2016 et juillet 2017 sur « les flux interrégionaux en Belgique 2000-2020 « , il apparaît qu’entre 2014 à 2020, les transferts financiers de la Flandre vers les autres entités fédérées seront passés de 7,1 milliards à 6,6 milliards d’euros. Entre 2000 à 2020, les montants de ces transferts auront fluctué entre 6,1 milliards et 7,1 milliards.

On reste donc dans la fourchette habituelle, ce qui n’étonne pas outre mesure André Decoster. « C’est normal. En moyenne, les Flamands sont plus riches, ils payent donc plus d’impôts que la moyenne nationale. Et comme nous sommes dans un Fédéralisme de solidarité, une partie de cet argent est capté par les personnes les plus pauvres, où malades. Des profils plus fréquents en Wallonie« .

La Flandre vieillit plus vite

Quoiqu’il en soit, si ces nouvelles projections ne modifient pas la donne, elles préfigurent toutefois un reflux des transferts Nord-Sud. Là se situe peut-être la vraie nouveauté. En cause, en partie le facteur démographique. La Flandre vieillit plus vite que la Wallonie et Bruxelles, la charge des pensions y augmente donc plus rapidement. Sur le paiement des pensions, la Flandre devient un  » récepteur  » net.

Autre facteur, la sixième réforme de l’Etat intervenue en 2014 et qui commence à produire ses effets. La régionalisation d’un quart de l’Impôt sur les personnes physiques (IPP) a réduit le poids de la Flandre – 10 milliards selon les estimations de la KUL – dans l’apport global de l’impôt sur les personnes physiques.

De quoi couper l’herbe sous le pied de la N-VA, qui pointe régulièrement une Wallonie sous perfusion flamande ? Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a en tout cas pour sa part refusé de commenter cette étude. Du moins au nom du gouvernement flamand.  » Trop délicat « . Mais au nom de son parti, il a estimé que ces transferts pourraient faire l’objet de discussions lors des prochaines élections. «  Il pourrait y avoir des réflexions sur ce que la Flandre pourrait bien faire avec 6,5 milliards en termes de mobilité, de recherche, etc. »