Déficit public: Christophe Lacroix se réjouit d’un solde budgétaire wallon meilleur que prévu

RTBF Info, 22 avril 2017

Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix, s’est réjoui des chiffres du déficit public belge publiés vendredi par l’Institut des comptes nationaux (ICN) et révélant une situation budgétaire meilleure que prévu, notamment pour la Wallonie.

 

Selon l’ICN, le déficit public belge s’est finalement établi à 2,6% du PIB en 2016, contre un déficit de 2,5% du PIB en 2015. Si la situation s’est détériorée par rapport à 2015, le déficit public reste loin de la barre fatidique des 3% que l’on craignait de dépasser il y a encore quelques mois, en raison notamment des conséquences économiques des attentats du 22 mars et de dépenses supplémentaires liées à l’accueil des réfugiés et à la lutte contre le terrorisme.

La preuve d’une Wallonie qui avance et travaille de manière sérieuse

Pour la Wallonie, l’ICN relève que le solde de financement de la Région wallonne, calculé selon le concept du Conseil supérieur des Finances (CSF), est passé de -476 millions d’euros en 2015 à -271 millions en 2016, soit une amélioration de 205 millions d’euros. Un résultat meilleur que l’objectif que le gouvernement wallon s’était assigné pour son exercice budgétaire 2016, soit -375 millions d’euros, ce qui donne 104 millions d’euros de mieux que prévu initialement.

« J’y vois la preuve encore une fois d’une Wallonie qui avance et travaille de manière sérieuse et fiable« , se réjouit le ministre wallon du budget Christophe Lacroix, pour qui ce résultat « démontre la volonté de la Wallonie de s’inscrire dans une politique budgétaire rigoureuse et maîtrisée, en maintenant les investissements et sans pour autant mener une cure d’austérité insoutenable pour les citoyens. »

Le ministre wallon égratigne au passage le gouvernement fédéral alors que le solde de financement du fédéral s’est, lui, dégradé passant de -10,062 milliards d’euros en 2015 à -11,216 milliards d’euros en 2016, soit une dégradation de 1,154 milliard qui remet « quelque peu en doute » la « toute récente promesse » du gouvernement fédéral « de retour à l’équilibre en 2019« , selon Christophe Lacroix.