Au confédéralisme le PS opposera la restauration de la Sécu

« Le Vif », Belga, 8 mars 2017

« Le confédéralisme signifie la fin du pays, la fin de notre Belgique, pour le PS, il n’en est pas question », a réagi mercredi Elio Di Rupo. Le président de la N-VA Bart De Wever avait indiqué plus tôt dans la presse que la seule possibilité à ses yeux d’un gouvernement avec le PS en 2019 passerait par un accord sur le confédéralisme.

Ce que le PS mettra sur la table, c’est le retour de l’âge de la pension à 65 ans, c’est le retour de l’indexation des salaires, c’est un meilleur remboursement des soins de santé, c’est l’individualisation des droits sociaux, a répliqué Elio Di Rupo. Ce dernier a assuré que le PS mettra tout son poids dans la balance pour renforcer notre sécurité sociale et les revenus des travailleurs, des pensionnés, et certainement pas pour négocier la scission de la Sécu et la fin du pays.

Au-delà, le président du PS estime que la N-VA ferait mieux de travailler en faveur des travailleurs et de tous les citoyens de notre pays plutôt que de faire ses calculs électoraux pour 2019. Bart De Wever est le patron du plus grand parti du « gouvernement MR N-VA », a-t-il rappelé. Il est regrettable qu’il préfère parler des prochaines coalitions politiques plutôt que de démontrer ce qu’il peut faire, aujourd’hui même, pour améliorer la vie de gens.

Selon M. Di Rupo, il s’agit d’une tentative supplémentaire de sa part de parler d’autre chose que de son bilan gouvernemental déplorable alors même qu’à ses yeux, les résultats du ‘gouvernement MR N-VA’ sont désastreux, sur le plan budgétaire, social et économique.