La fille de Marcourt a travaillé pour Nethys… en plein scandale Publifin

Nicolas De Decker, David Leloup, « Le Vif », 2 mars 2017

Raphaëlle Marcourt, fille du vice-président du gouvernement wallon, a travaillé comme juriste pour Nethys, sans contrat, alors que le scandale Publifin avait éclaté, et sur une matière qui n’est pas la sienne: la protection des données à caractère personnel. Budget prévu par Nethys pour cette mission: 50.000 euros.

Raphaëlle Marcourt, 28 ans, entrée au barreau de Liège fin 2013, s’est spécialisée dans le droit de la famille et le droit social et travaille au sein du cabinet Marcourt Collins Henkinbrant, créé en 1993 à Liège par son paternel. En octobre 2016, la jeune juriste est convoquée au siège de Nethys par Bénédicte Bayer, directrice générale de Publifin et « chief of the CEO office » (cheffe de cabinet du PDG) chez Nethys. Pourquoi cette réunion ? Le 25 mai 2018, toutes les entreprises de l’Union européenne qui gèrent les données personnelles de leurs clients, employés et sous-traitants, vont devoir se conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), qui contraint les entreprises à s’y conformer sous peine de lourdes sanctions financières indexées sur leur chiffre d’affaires. Pour Nethys, c’est un énorme chantier aux enjeux financiers potentiellement colossaux: le groupe compte, rien qu’au sein de l’opérateur télécom Voo, plus de 800.000 clients…

Une seconde réunion est organisée le jeudi 17 novembre 2016 en fin de matinée. Raphaëlle Marcourt et sa collègue Julie Henkinbrant rencontrent Bénédicte Bayer et plusieurs cadres de Nethys au siège du groupe, rue Louvrex à Liège.

Deux mois plus tard, le 17 janvier 2017, Raphaëlle Marcourt rédige une lettre de deux pages sur papier à en-tête du cabinet Marcourt Collins Henkinbrant. La missive est adressée à Bénédicte Bayer et deux cadres de Nethys. Elle fait suite à l’échange d’e-mails intervenus entre Madame Bayer et Maître Marcourt durant ce mois de janvier, en plein scandale Publifin (il a éclaté le 20 décembre 2016). Raphaëlle Marcourt fait référence au mandat principal qui nous a été donné lors de la réunion du 17 novembre 2016. Un mandat qui consiste dans une analyse de fond – théorique dans un premier temps – des tenants et aboutissants du règlement européen relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données personnelles et à la libre circulation de ces données, sur les différentes catégories de personnes physiques concernées au sein d’un groupe comme Nethys, avant d’en décliner les conséquences et recommandations juridiques pour ces différentes catégories d’un point de vue pratique. Et la jeune avocate d’ajouter: Nous vous confirmons avoir d’ores et déjà entrepris cette importante analyse (…).

« On n’est pas à 50.000 euros près ! »

Deux jours après, la cheffe de groupe PS à la Chambre, Laurette Onkelinx, demande à Stéphane Moreau de faire un pas de côté: quitter son mayorat à Ans ou son poste de CEO de Nethys. Très vite, le ministre PS wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, monte aux barricades: La sortie de Laurette Onkelinx est inappropriée en ce sens que ce n’est pas Moreau qui est à la manoeuvre chez Publifin, déclare-t-il à nos confrères de Sudpresse.

Dans les jours qui suivent, des cadres contestent en interne le mandat confié par Bénédicte Bayer à Raphaëlle Marcourt, au motif que la fille du ministre n’a ni la carrure ni l’expérience pour mener à bien cette délicate mission. Bénédicte Bayer aurait lâché en substance, lors d’une discussion tendue: C’est le seul soutien de Stéphane, on peut bien faire travailler sa fille ! On n’est pas à 50 K près ! »Décodage: « 50 K » signifie 50.000 euros. Le budget informellement attribué à cette mission.

Interrogée par Le Vif/L’Express le 30 janvier, Raphaëlle Marcourt a répondu par courriel que Nethys (ou toute autre société à laquelle elle est associée) ne m’a pas confié de dossiers. Une réponse clairement contredite par la lettre que la jeune avocate a signée le 17 janvier.

Il nous revient que nos questions auraient mis un terme à la relation contractuelle sur le point de se nouer entre Raphaëlle Marcourt et Nethys.