«A Charleroi et à Liège, les riverains sont assez tolérants à l’égard des nuisances des aéroports»

Han Renard, « Kanck », 22 février 2017 – Traduction : Jules Gheude

Charleroi et Liège sont prêtes à reprendre des activités de Brussels Airport, déclare Philippe Suinen, président de la Chambre wallonne de Commerce et d’Industrie.Quel est, pour la Wallonie, l’intérêt économique des aéroports de Liège et Charleroi ?

Liège est un aéroport cargo, tandis que Charleroi est surtout un aéroport de passagers. Ensemble, ils fournissent, de façon directe et indirecte, 15.000 emplois. Le gouvernement wallon a fortement investi dans l’isolation contre le bruit des maisons situées autour de Liège Airport. L’aéroport de Bierset est, en outre, un ancien aéroport militaire avec une longue piste de décollage et d’atterrissage, pouvant convenir à tout type d’avion. A Charleroi, ce n’est pas encore le cas, mais le gouvernement wallon a récemment décidé d’y allonger la piste de décollage jusqu’à 3.200 mètres. Les gros avions pourront donc l’utiliser aussi à l’avenir, notamment pour les vols transatlantiques. Charleroi et Liège sont en plein essor et sont de plus en plus internationaux. Les riverains sont assez tolérants envers les nuisances : ils voient comment ces aéroports contribuent au redéploiement économique de leur ville.

On entend souvent dire en Flandre que Liège et Charleroi peuvent concurrencer l’aéroport de Zaventem de façon déloyale, grâce aux subventions royales de la Wallonie/

Les gouvernements wallons successifs ont investi beaucoup d’argent dans les aéroports wallons régionaux, c’est vrai. Mais l’Etat belge a également fortement aidé jadis la Sabena et l’aéroport de Zaventem

Les aéroports wallons peuvent-ils reprendre une partie des activités de Zaventem, à présent que le développement de Brussels Airport semble être compromis par les normes bruxelloises drastiques en matière de bruit ?

Certainement. Mais lorsque la direction et les syndicats de Liège écrivent une lettre dans laquelle ils offrent leur aide pour résoudre les problèmes de Zaventem, le ministre flamand de l’Emploi, Philippe Muyters (N-VA), réagit furieusement. Ce n’est pourtant pas une question de machiavélisme : nous ne voulons tuer personne. L’administration aéroportuaire fédérale aurait d’ailleurs pu déménager depuis longtemps tous les vols charters vers les aéroports wallons. Cela aurait permis de limiter fortement les nuisances sonores au-dessus de Bruxelles.