Marcourt veut toute la transparence chez Nethys

David Coppi et Benoîut July, « Le Soir », 18 février 2017

Le ministre wallon de l’Economie et désormais « président provincial » du PS liégeois dénonce, dans un entretien qu’il nous a accordé, l’opacité dont ont fait preuve les dirigeants de Nethys.

On n’a guère entendu le Liégeois Jean-Claude Marcourt s’exprimer sur l’affaire Nethys / Publifin. Mais le ministre wallon de l’Economie a profité du succès de la Sonaca – et de son développement annoncé aux Etats-Unis – pour s’exprimer sur la bonne gouvernance.

Ce que le socialiste « reproche le plus aux dirigeants de Nethys, c’est le manque de communication, sous le mode “vivons heureux, vivons cachés”, comme si on avait précisément quelque chose à cacher. C’est une chance qu’il y ait une commission d’enquête, qui va permettre d’expliquer les raisons de ce qui a été fait ». Jean-Claude Marcourt ne se pose pas en avocat de Nethys et demande que « les dirigeants s’expliquent et fassent preuve de transparence ». Car pour le ministre, « le gros déficit dans Nethys, c’est le défaut de communication du groupe ».

Du changement au PS

Dans l’affaire qui secoue la vie politique wallonne, on a beaucoup souligné le rôle de la fédération liégeoise du PS. Et malgré les mesures annoncées du côté du boulevard de l’Empereur après l’éclatement du scandale, on a l’impression qu’il n’y a guère de changement au PS de Liège. Une affirmation qui fait bondir Jean-Claude Marcourt : « C’est stupide de laisser croire ça ! Je dis que tout le monde est conscient maintenant que ce qui s’est passé ne peut plus jamais se produire. » Et quand on évoque des changements à la fédération, il gronde : « Mais quelles têtes voulez-vous mettre au bout d’une pique ? »

Le Liégeois rappelle qu’il est désormais « président provincial » du PS, ce qui lui donne donc des responsabilités supplémentaires vis-à-vis des fédérations locales. Et à ce titre, promet : « Nous sommes face à une crise importante. Il faut changer les choses. Il n’y aura plus d’accommodements avec l’éthique. »