La Belgique cède quelques hectares de son territoire aux Pays-Bas

RTBF, 28 novembre 2016

La province de Liège a échangé des bouts de territoire avec les Pays-Bas ce lundi, perdant au passage dix hectares. Le tracé de la frontière Belgo-néerlandaise va en effet être redessiné par traité, afin de suivre le cours de la Meuse.

En orange, les territoires belges, cédés aux Pays-Bas – Infographie RTBF

2016-12-01_212955

La province de Liège a échangé des bouts de territoire avec les Pays-Bas ce lundi, perdant au passage dix hectares. Le tracé de la frontière Belgo-néerlandaise va en effet être redessiné par traité, afin de suivre le cours de la Meuse. Le traité a été signé aujourd’hui aux Pays-Bas par les ministres des Affaires étrangères des deux pays, sous le regard attentif des deux Rois. Les petits bouts de terre concernés se trouvent à Visé en bordure de Meuse et sont des zones naturelles où ne se trouvent aucune habitation.

Un problème d’accessibilité

Il s’agit de conséquences de travaux entrepris début des années 60, sur le lit de la Meuse, dans le coin de la commune de Visé, alors que le fleuve faisait office de frontière naturelle.

On a dû rectifier le cours de la Meuse et 13 hectares de terres belge se sont retrouvés rattachés géographiquement aux Pays-Bas, sans autre accès qu’en passant par chez nos voisins. Ce qui posait problème par rapport aux règles de police, explique Charles Havard, secrétaire communal de Visé

Il s’agit d’une manœuvre purement pratique, il n’y a pas une seule habitation, nous ne perdons pas d’habitants. Ce sont justes des zones naturelles. Et nous les cédons pour que la police puisse y accéder beaucoup plus aisément. Autant que cela fasse partie des Pays-Bas, on ne perd pas grand-chose finalement, assure le secrétaire communal. En retour, la Belgique récupère un petit territoire de trois hectares.

 Infographie RTBF

Infographie RTBF

L’étranger est curieux de cet accord

Certains pays étrangers et journalistes internationaux sont étonnés de cette modification de frontière. Il parait qu’il s’agit du premier traité de rectification de frontières qui ne suit pas les armes. On fait une rectification purement pacifique en bonne amitié avec nos voisins hollandais, en tout bon sens, conclut Charles Havard.

Cette modification de la frontière sur le terrain est attendue le 1er janvier de l’année qui suit la ratification du traité par les deux parlements nationaux, sans doute pas avant 2018.

Le Roi Philippe et la Reine Mathilde entament une visite d’état de trois jours au Pays-Bas. Ils seront accompagnés d’universitaires, de chefs d’entreprises et des trois ministres-présidents des régions.