Photovoltaïque : 23 euros par an pour absorber la bulle

Alain Wolwertz, « Vers l’Avenir », 5 août 2016

2016-08-08_074108

Il y a longtemps que la bulle du photovoltaïque a explosé en Wallonie. Un système de soutien public attrayant et que les responsables politiques n’ont pas révisé à temps a inondé le marché de certificats verts qu’Elia ne peut plus absorber. La garantie de rachat à 65€/certificat vert (CV) le lui impose pourtant, mais 11 millions de CV en surplus de ce qui était prévu comme annoncé récemment par la Commission wallonne pour l’énergie, ce n’est pas tenable pour le gestionnaire de réseau. Il faut adapter le système.

Il y a une dizaine de jours, la CWAPE a rendu au ministre wallon de l’Energie PAUL Furlan  un rapport sur les adaptations possibles pour absorber sans trop de casse ce surplus entre 2016 et 2014. Et la Commission en préconise une particulier.

La solution préconisée jouerait sur deux niveaux : une augmentation de la surcharge tarifaire pour le soutien aux énergies renouvelables et le quota de certificats verts imposé aux producteurs d’énergie. Ce sont les deux moyens avec lesquels Elia finance le rachat à 65 euros des certificats verts des petits producteurs photovoltaïques.

La CWAPE a calculé que, pour qu’Elia puisse assumer le rachat jusqu’à l’horizon 2024, il faudrait, d’une part, augmenter la surcharge d’un peu plus de 3 euros et augmenter le quota de certificats verts pour les producteurs d’énergie jusqu’à 40% dès 2019 (37,9% en 2017 et 38,95% en 2018).

L’avantage d’une telle solution, souligne la CWAPE, est qu’elle permet un juste équilibre entre les différentes catégories de contributeurs, producteurs d’énergie et consommateurs.

Mais au final, ça va peser de combien sur la facture des ménages ? Pour un client résidentiel type (soit une consommation de 3500 kWh/an), 23,73 euros par an. Soit une augmentation de 2,9%.

Mais, même si c’est la plus équilibrée, ce n’est qu’une proposition. Et il appartient maintenant au politique de décider, souligne-t-on à la Commission.