Réflexion de Jules Gheude, dans «Vers l’Avenir»

5 juillet 2016

2016-07-07_205528

Les partisans du Brexit crient victoire. Mais en est-ce bien une ? Alors qu’ils visaient à récupérer la pleine souveraineté de leur Etat-Nation, ils se retrouvent aujourd’hui avec un Royaume irrémédiablement désuni : l’Ecosse a exprimé son sentiment pro-UE et aspire plus que jamais à l’indépendance.

La campagne référendaire s’est faite sur fond de mensonges (Nigel Farage a reconnu ne pouvoir tenir l’une de ses promesses majeures, celle relative à la sécurité sociale) et de basses manœuvres politiciennes. L’excentrique Boris Johnson le paie chèrement, lui dont la seule motivation était de prendre la place du Premier ministre David Cameron. Une crise politique majeure s’ouvre, aux implications imprévisibles. On ne joue pas impunément avec le feu.

Reste que 70% des moins de 25 ans se sont prononcés en faveur du maintien dans l’Union européenne. Un fait que le milieu politique aurait tort d’ignorer. Car la jeunesse représente l’avenir. Et elle souhaite que celui-ci se forge dans la paix que les pères de la construction européenne ont pu garantir depuis près de 60 ans. Que de vies n’ont-elles pas été sacrifiées au nom de la souveraineté des Etats-Nations !