Gouvernement flamand : un «accord historique» sur les allocations familiales, l’enseignement et les provinces

« Knack », 28 mai 2016

2016-05-29_212754

Allocations familiales : 160 euros pour chaque enfant©

A partir de 2019, chaque nouvel enfant recevra la même allocation familiale, d’un montant de 160 euro. Il y aura cependant des indemnités sociales pour les enfants ayant des besoins particuliers ainsi que pour ceux dont les familles ont des revenus très bas, cela étant combiné avec une augmentation pour les familles nombreuses.

Autre nouveauté : l’indemnité de 2 fois 150 euro pour les enfants qui vont à l’école.

Pour l’instant, l’allocation familiale « normale » était, pour les travailleurs, de 90 euro pour le premier enfant, de 167 euro pour le second et d’environ 250 euro pour le troisième. Ces montants sont combinés avec des indemnités d’âge et des corrections sociales.

Cela ne changera pas pour les enfants nés jusqu’en 2018. A partir de 2019, le système complexe avec « plus de 700 mécanismes » sera supprimé. Chaque nouvel enfant recevra alors 160 euro, que les parents soient travailleurs, indépendants, chômeurs ou autres. L’indemnité sociale pour les deux premiers enfants sera de 50 euro et de 80 euro à partir du troisième enfant.

Le ministre du Bien-être, Jo Vandeurzen (CD&V), s’est montré particulièrement satisfait de ce « bel accord ». Il parle d’un « paquet de croissance pour chaque famille » et considère que le nouveau système fera baisser sensiblement le risque de pauvreté.

A noter enfin, au niveau scolaire,  une « indemnité de participation » de 20 euro par an pour les enfants jusqu’à 2 ans, de 35 euro à partir de 5 ans, de 50 euro à partir de 12 ans et de 60 euro à partir de 18 ans.

Enseignement : réforme attendue depuis longtemps pour le premier grade

A partir de l’année scolaire 2018-2019, chacun disposera, pour le premier grade de l’enseignement secondaire, de 5 heures totalement libres. Les élèves pourront ainsi appréhender de nouvelles branches ou approfondir certaines connaissances.

Pour ce qui est des deuxième et troisième grades, le gouvernement flamand ramène les domaines d’études de 29 à 8.

Pour le premier grade, tous les élèves bénéficieront désormais d’une même formation de base de 27 heures, a précisé la ministre de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V). Les cinq heures restantes pourront être utilisées de façon totalement libre. « Le premier grade est un grade charnière. Nous allons offrir des chances pour devenir plus fort, reconnaître et approfondir. »

En deuxième année, ce sera sept heures, mais le choix se limite déjà en grande partie à une option de base. Pour les élèves  du cycle B, l’option de base représente alors douze heures.

Les écoles conserveront une grande autonomie en ce qui concerne ces options de base, a souligné la ministre. « La liberté pédagogique et la liberté d’enseignement ne subiront donc aucune pression. » A partir du second grade, il est alors question du système-matrix.

Les 29 domaines d’étude actuels sont ramenés à 8 directions, allant des sciences à l’économie en passant par l’alimentation et l’horeca.

La distinction entre l’enseignement secondaire général et l’enseignement secondaire technique est maintenue

On met davantage l’accent sur la répartition entre les directions qui offrent une passerelle vers l’enseignement supérieur et celles qui peuvent déboucher sur le marché du travail. Mais il peut arriver que les deux secteurs restent étroitement liés (avec disparition des labels).

Les directions ne sont pas obligées d’organiser leurs écoles en écoles de domaine ou de campus. Mais celles qui le font recevront un bonus financier pour permettre un équipement technique moderne et de qualité, a ajouté la ministre Crevits.

« Nous donnons également aux écoles plus de chances pour remédier dans le premier grade. Ces mesures doivent nous aider à réduire le nombre d’élèves qui redoublent.

Enfin, dans l’enseignement primaire, les écoles auront plus de liberté pour enseigner dans une autre langue, comme le français, l’anglais ou l’allemand. Des cours de langues pourront être offerts dès la troisième année.

Crevits a annoncé que l’allocation sera sensiblement augmentée pour les enfants les plus vulnérables dans l’enseignement primaire et secondaire.

En outre, les jeunes qui suivent une formation professionnelle supérieure recevront également une allocation. « On rectifie ainsi une injustice du passé », déclare la ministre.

Provinces : le nombre de membres des conseils provinciaux réduit de moitié 

 

Pour ce qui est des provinces, le gouvernement flamand s’est mis d’accord pour réduire le nombre de mandats et les budgets. Le nombre de conseillers provinciaux sera réduit de moitié et le nombre de députés sera ramené de six à quatre.

Il y aura 39 conseillers provinciaux à Anvers, 36 en Flandre orientale, 35 en Flandre occidentale et en Brabant flamand et 30 au Limbourg.

Cela cadre avec la philosophie du gouvernement flamand d’organiser une administration plus efficace.

Une solution a également été trouvée pour les grandes différences entre les divers impôts provinciaux.

« Le dégraissage doit offrir de meilleurs services », ont déclaré Geert Bourgeois et la ministre des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA). C’est la raison pour laquelle il a été décidé que les provinces n’auraient plus de compétences personnalisables. Celles-ci seront transférées au niveau flamand.

Pour le 1er janvier 2018, toutes les activités en matière de culture, de jeunesse, de sport ou de bien-être devront être transférées vers la Région flamande ou les communes.

Historique

Le ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) parle d’une « percée historique » dans trois dossiers cruciaux. Il remercie les partenaires de la coalition pour les « discussions constructives » des dernières heures.