Le chômage est au plus bas depuis 24 ans

Bernard Demonty, « Le Soir », 19 mars 2016

2016-03-20_170527Le nombre de chômeurs en Belgique a atteint son niveau le plus bas depuis 24 ans, a indiqué l’administrateur général de l’Onem, Georges Carlens, lors de la présentation du rapport annuel de l’office fédéral de l’emploi ce jeudi après-midi. A la fin de 2015, il y avait 570.903 chômeurs. On n’avait pas vu cela depuis au moins 1992, première année où les données ont été totalement informatisées et où il y avait encore 705.815 chômeurs.

Par rapport à l’année passée, la baisse atteint 9,9 % en moyenne annuelle, soit 62.459 personnes de moins.

C’est en Wallonie que la baisse est la plus importante : – 12,5 %. Elle est également significative à Bruxelles (- 10,7 %) et moindre en Flandre (- 4,3 %). La partie francophone du pays opère donc un rattrapage, mais le taux de chômage reste sensiblement plus bas en Flandre (5,9 %) qu’en Wallonie (11,7 %) et à Bruxelles (13,9 %).

Un tiers de la baisse due aux exclusions des allocations d’insertion

La baisse est due à une croissance plus soutenue (1,4 %) et à un effet démographique (la population active augmente moins et le nombre de pensionnés s’accroît). Mais un tiers de la diminution vient en réalité de la limitation dans le temps des allocations d’insertion, décidée par le gouvernement Di Rupo et renforcée par le gouvernement Michel.  Entre le premier janvier et le 31 décembre de 2015, cela représente 29.155 personnes arrivées au terme de leur indemnisation, indique l’Onem.

300.000 personnes en interruption de carrière

Le rapport relève aussi quelques tendances intéressantes. Ainsi, le nombre de personnes en interruption de carrière (crédit-temps, congé parental et autres formules) a passé pour la première fois la barre des 300.000 bénéficiaires. L’Onem a aussi enregistré un record historique des titres-services, avec 125 millions de titres utilisés et des emplois pour 160.658 personnes souvent peu qualifiées. Ces titres ont davantage de succès en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles.

Moins de sanctions contre les chômeurs

Le rapport indique aussi que le nombre de sanctions a diminué. Il y a en a eu 94.355 en 2015. Il faut remonter à 2007 pour trouver un niveau de sanction aussi bas. Enfin, l’Onem a versé des allocations de manière indue (en raison de fraudes) pour 126,6 millions d’euros en 2015. Il a pu en récupérer 76 millions.