Belgique, le pays kitsch

2016-02-28_094944

Nous reproduisons ici la version française de la chronique de Jules Gheude, publiée sur le site de l’hebdomadaire flamand «Knack», ce 22 février: http://www.knack.be/nieuws/belgie/al-van-bij-het-ontstaan-van-belgie-zat-de-klad-erin/article-opinion-668805.html

Qu’est en réalité la Belgique? Randonnée à travers un pays, qui n’est ni un Etat de droit, ni un Etat, ni une nation.

Jules Gheude, essayiste politique (1)

Un Etat de droit?

Certains politiques francophones invoquent volontiers le concept d’Etat de droit, par exemple lorsque la nomination d’une personne légitimement élue est contestée ou refusée (José Happart, Damien Thiéry).

Le 29 février, la liste linkebeekoise LB (93,85%) proposera son candidat-bourgmestre. Damien Thiéry, avec 1.200 voix, a été plébiscité et les nouvelles élections ont été organisées d’une manière totalement légale. Mais la ministre flamande de l’Intérieur, Liesbeth Homans (N-VA)  a fait savoir qu’il n’était pas question de nommer Damien Thiéry durant la présente mandature.

Le nom d’Yves Ghequiere (958 voix) est d’ores et déjà avancé. Le MR sacrifiera-t-il Damien Thiéry, comme le PS le fit avec José Happart en 1988 ? Ou bien cette situation engendrera-t-elle un casus belli au sein du gouvernement fédéral ?

Le concept d’Etat de droit suppose que la Constitution, la loi fondamentale, soit scrupuleusement respectée.

Celle-ci stipule notamment que le mariage civil devra toujours précéder la bénédiction nuptiale. Tel ne fut pas le cas lorsque Léopold III se remaria en 1941 avec Liliane Baels.

Aujourd’hui, nous apprenons que le prince Amadeo a reçu l’autorisation royale de se marier… seize mois après la célébration du mariage. Une nouvelle entourloupette pour régulariser la chose rétroactivement !

La Constitution fut également malmenée lorsque le roi Baudouin, en 1990, fut placé par le gouvernement dans l’impossibilité de régner, alors que chacun savait qu’il était bien portant.

Ce fut encore le cas lorsque les responsables francophones décidèrent de débaptiser la Communauté française de Belgique pour l’appeler « Fédération Wallonie-Bruxelles ».

Je voudrais, à ce sujet, ouvrir une parenthèse.

Lorsque je suis amené à faire des conférences en Flandre, la question suivante m’est régulièrement posée : est-il exact que les francophones ont, avec ce concept de Fédération, un Plan B en tête ?

Ma réponse est claire. Si la Belgique se démantèle, une majorité de Wallons (63%) souhaitent constituer une « Belgique résiduelle » avec les Bruxellois. C’est ce qui ressort d’un sondage RTL-Ipsos-Le Soir réalisé en 2013. Mais 68% des Bruxellois se prononcent en faveur d’un statut indépendant. Une enquête faite par Rudi Janssesns (VUB) en 2013 confirme la chose. Les formules où Bruxelles s’associe à une autre région ne sont nullement populaires : 4% en faveur de la Flandre, 4,6% en faveur de la Wallonie.

On voit donc que le WalloBrux est une chimère, une pure illusion. Si la Wallonie devait reprendre 35% de la dette publique belge, elle serait confrontée, avec un ratio dette/PIB de plus de 150%, à un scénario à la grecque. On comprend dès lors que les Bruxellois n’ont nulle envie de se montrer solidaires d’une telle situation. Ce WalloBrux souffrirait d’emblée d’un déficit chronique et sa dette ne ferait que s’accroître.

Fermons la parenthèse et revenons à notre sujet.

Un Etat ?

L’aventure manquée de l’équipe B-Fast au Népal, la Belgique qui se voit décerner le prix du « fossile du jour » dès l’ouverture de la COP21 à Paris, les fissures dans les centrales nucléaires, la manière bancale dont les autorités belges ont communiqué lors des actions antiterroristes à Bruxelles, la jungle molenbeekoise, la fermeture des tunnels bruxellois, la sage du RER…  Autant d’événements qui amènent à poser la question : la Belgique est-elle encore un Etat ?

Le journal français « Le Monde » y répond de manière négative, tandis que divers médias américains parlent de failed state.

En 1981, François Perin avait déjà souligné ce manque de crédibilité : La Belgique est un Etat si peu fiable que ses partenaires ne seraient peut-être pas fâchés de la voir disparaître. Il s’agissait ici des engagements de la Belgique envers l’OTAN, avec une armée dont le général Close avait dit qu’elle n’était jamais prête, jamais disponible.

Perin avait également comparé la Belgique à un souk…

Une nation ?

En fait, la Belgique est un artifice des grandes puissances de 1830, qui voulaient ainsi se protéger contre la France. Quinze ans après Waterloo, le spectre de Napoléon rôdait toujours…

Talleyrand, qui était alors ambassadeur de France à Londres, était très sceptique quant aux chances de viabilité de ce nouveau royaume. Lors d’une conversation avec la princesse de Lievin, il déclara : Les Belges ? Ils ne dureront pas. Tenez, ce n’est pas une nation, deux cents protocoles n’en feront jamais une nation. Cette Belgique ne sera jamais un pays. Cela ne peut tenir.

Dès le départ, le ver était dans le fruit. Comment une telle construction pouvait-elle évoluer sereinement, lorsqu’on lit cette lettre de Charles Rogier à Jean Raikem : Les premiers principes d’une bonne administration sont basés sur l’emploi exclusif d’une langue et il est évident que la seule langue des Belges doit être le français. Pour arriver à ce résultat, il est nécessaire que toutes les fonctions civiles et militaires soient confiées à des Wallons et Luxembourgeois. De cette manière, les Flamands, privés temporairement des avantages attachés à ces emplois, seront contraints d’apprendre le français, et l’on détruira ainsi peu à peu l’élément germanique.

Les francophones, dans leur grosse majorité, ignorent à quel point le Mouvement flamand a dû lutter pour obtenir les premières lois linguistiques, qui allaient permettre à la Flandre d’obtenir ses lettres de noblesse sur l’échiquier politique belge. Au début du XXe siècle, le cardinal Mercier parlait toujours de l’unité belge, cimentée par l’emploi de la langue française. Pour lui, le flamand était la langue des servantes et des valets.

Tout cela a laissé des traces durables et engendré un sentiment national flamand très fort. Aujourd’hui, la Nation flamande existe, ce qui rend le fédéralisme impossible.

Un Etat kitsch, qui s’évapore lentement

En 2010, la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française a chargé deux de ses membres (l’un de la majorité, l’autre de l’opposition) de s’enquérir de la situation belge. La conclusion du rapport est claire : les deux groupes linguistiques diffèrent trop pour se comprendre, ce qui rend l’existence du pays de moins en moins probable

Dans une récente chronique publiée sur le site « Knack », Hendrik Vuye et Veerle Wouters, députés N-VA, ont expliqué comment les bastions unitaires (universités, partis, Ordre National des Avocats, ABVV/FGTB Métallurgie, syndicats du rail, exécutif des musulmans) se sont scindés spontanément. Cela montre que la Belgique s’évapore petit à petit.

Lorsqu’il présidait le parti libéral flamand, Karel De Gucht avait tenu le même langage : La Belgique est condamnée à disparaître à terme, à s’évaporer et, en attendant, n’apporte plus aucune valeur ajoutée à la Flandre (VTM, 6 novembre 2002).

Les leaders francophones se refusent à voir cette évolution. Tout se passe pour eux comme si la Belgique était vouée à l’ éternité. Le réveil risque de faire mal.

Eric Defoort a un jour utilisé le mot kistch pour décrire la Belgique. Mais une chose est sûre : que peut-on trouver de valorisant à vivre dans un tel contexte, où la méfiance réciproque entraîne d’interminables querelles ? C’est épuisant et malsain.

(1) Dernier ouvrage paru : « François Perin – Biographie », Editions Le Cri, 2015