Renouveau démocratique en Wallonie : de la parole aux actes !

Chronique de Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie

«Le Vif », 15 février 2016

Le fossé entre les citoyens et leurs représentants politiques se creuse depuis des années. Pour Ecolo, il est urgent que les citoyens se réapproprient leur avenir et que les hommes et les femmes politiques se fassent le relais de leurs préoccupations réelles.

2016-02-16_205038

C’est notamment la raison pour laquelle nous avions de grandes attentes par rapport à la Commission spéciale relative au Renouveau Démocratique. Mise en place par le Parlement de Wallonie au printemps dernier, elle visait à réduire cet écart entre citoyens et politiques, entre autres par le biais de la consultation populaire et, plus largement, par plus et mieux de démocratie participative et citoyenne. La participation active des citoyens dans le débat politique est un sujet qui nous tient à coeur depuis de nombreuses années. A notre grand dam, nous ne pouvons que constater que les discussions ne démarrent pas et que la Commission s’éloigne peu à peu de son objectif, sous couvert de pragmatisme…

Fin janvier en effet, certains points de discussion ont purement et simplement été écartés. Le débat sur la démocratie citoyenne n’aura pas lieu. Des auditions intéressantes se sont pourtant déroulées, la Commission peut pourtant formuler des recommandations, le débat peut pourtant se révéler utile, au bénéfice de tous nos citoyens. Mais il semble que ce n’est pas l’avis du président de la Commission André Antoine et des autres partis, qui se retranchent derrière des questions de procédures pour avancer sur leurs propres agendas. Dans les priorités du MR par exemple, des thèmes liés au cumul des fonctions ministérielles et d’exécutif local ou encore à l’effet dévolutif de la case de tête et des suppléants. Cela pourrait presque être drôle si cela ne reflétait pas justement l’écart flagrant entre les préoccupations des partis au pouvoir et celles des citoyens, qui méritent plus.

Si les discussions sur la consultation populaire se poursuivent, d’autres avancées doivent être débattues et tranchées, comme les panels citoyens, les budgets participatifs ou encore le droit d’initiative législative citoyenne. Ces outils permettraient de donner la parole à tout le monde, sur tout ce qui fait débat de société, sur les enjeux à moyens et longs termes, pour évaluer les politiques publiques. Par exemple : sur le climat, la lutte contre le radicalisme ou les transports en commun… Au niveau local, l’amplification des budgets participatifs pourrait permettre, comme le souhaite la commune d’Olne, de placer une part importante du budget d’investissement de la Commune en débat entre les citoyens et les politiques. Pour nous, écologistes, la société de demain doit se construire avec les citoyens. La Commission du Renouveau démocratique nous a été présentée comme ‘un lieu ouvert à la discussion, sans clivage, et qui permettrait d’aborder ces thèmes de façon plus approfondie’.

Il semble désormais qu’il s’agisse d’un écran de fumée, d’un coup de comm’. Ecolo ne peut approuver ces méthodes d’un autre âge, à l’heure où notre société a plus que jamais besoin de se réinventer et de se réapproprier son avenir. Nous continuerons de peser dans les débats, pour qu’ils aient lieu, pour que demain, les citoyens puissent enfin faire entendre leur voix en dehors des élections.