Elections régionales : victoire historique des nationalistes en Corse

Antoine Albertini, « Le Monde », 14 décembre 2015

Comme un mauvais réflexe hérité des années de plomb, un cordon de CRS a été déployé derrière les grilles de la préfecture de Corse, dimanche 13 décembre au soir, à Ajaccio. Mais cette inutile démonstration de force a laissé de marbre des centaines de sympathisants nationalistes, tout occupés à communier dans la victoire quelques centaines de mètres plus loin, devant le siège de l’Assemblée de Corse.

2015-12-15_203043

Trente-cinq pour cent des suffrages exprimés dans l’île ont propulsé 24 de « leurs » candidats sur les bancs de l’hémicycle territorial. Soit deux sièges de moins que ne le réclame l’arithmétique électorale pour obtenir la majorité absolue.

En Corse, cette conquête inespérée du pouvoir territorial témoigne sans conteste du franchissement d’une nouvelle étape dans l’histoire politique locale, qui traduit un « avant » et un « après »-13 décembre 2015. Nul, à vrai dire, n’avait prédit un tel raz­-de-­marée. A commencer par les nationalistes eux-mêmes, persuadés que le second tour de ces élections territoriales très disputées ne départageraient qu’à la décimale près la liste « Pè a Corsica » (« Pour la Corse ») qui unissait nationalistes et indépendantistes, et « Prima a Corsica » (« La Corse d’abord »), la formation conduite par Paul Giacobbi, député (DVG) de la Haute-­Corse et président sortant du conseil exécutif. Une institution propre, à l’organisation spécifique, de la collectivité territoriale de la Corse, sorte de mini-gouvernement de l’île.

Mais au sortir des urnes, dimanche soir, la courte avance espérée par les plus optimistes s’est muée en franche victoire à mesure qu’étaient proclamés les résultats officiels, d’Ajaccio à Bastia en passant par les minuscules communes de l’intérieur de l’île. A Bastia, le maire nationaliste Gilles Simeoni, tête de la liste « Pè a Corsica » rafle 45 % des suffrages et arrive en première position dans la totalité des 26 bureaux de vote. A Ajaccio, sa liste améliore son score du premier tour de plus de 2 000 voix.

Pour l’ensemble de l’île, ses résultats enregistrent un bond spectaculaire, de près de 20 000 voix, et les nationalistes s’affirment comme la première force politique corse, y compris dans des dizaines de communes rurales acquises de longue date aux forces politiques traditionnelles – le « clan », dans la terminologie militante nationaliste.

Des scènes de liesse ont accueilli la proclamation officielle des résultats engrangés par la liste « Pè a Corsica ». A Bastia, après avoir été porté en triomphe sur le parvis de l’ancien hôtel de ville, siège du bureau centralisateur de la ville, M. Simeoni a été rejoint par Jean­-Guy Talamoni, son colistier indépendantiste, pour recevoir les acclamations de plusieurs centaines de personnes massées aux abords de la place du Marché, où des chants patriotiques corses ont ponctué les vivats et un défilé de bandere, le drapeau corse frappé de la tête de Maure.

Après avoir dédié leur victoire « aux femmes et aux hommes qui ont sacrifié leur liberté et parfois leur vie pour [leur] idéal », MM. Simeoni et Talamoni, opposés au premier tour avant la signature d’un pacte d’union au second, ont multiplié les appels à la concorde, en affirmant vouloir œuvrer« en faveur du peuple corse dans son ensemble et pas seulement de [leurs] électeurs ».