Bart De Wever rappelle l’objectif de la N-VA: «Une Flandre autonome»

RTL Info, 30 mai 2015

2015-06-04_200418

Journée des familles aujourd’hui à Boom, organisée par la N-VA. Des centaines de personnes étaient présentes. Au sein des militants, Bart De Wever est toujours aussi populaire. Des militants qui se disent de manière générale satisfaits du travail accompli au fédéral notamment.

Entre 3500 et 4000 personnes étaient présentes pour fêter cette première année de la N-VA au sein du gouvernement lors d’une journée des familles du parti à Boom. Les militants se disent satisfaits de cette première année même s’ils ont dû faire « des concessions » selon leur propos. Des militants qui rappellent qui restent encore 4 ans pour poursuivre les réformes. Des réformes importantes, a indiqué Bart De Wever lors de son discours. Il souhaite un taxshift fiscal important. Donner plus et prendre moins, selon ses propos. Il a rappelé aussi l’importance d’une réforme de la sécurité sociale. En fin de discours et plutôt discrètement, le bourgmestre a mis l’accent sur le communautaire. L’objectif principal de la N-VA, c’est l’autonomie de la Flandre.

L’ADN du parti ne va jamais changer. Nous avons un gouvernement qui nous plaît. On veut continuer avec ce gouvernement. Je suis quelqu’un de très loyal et qui a une parole et le parti aussi. Mais à long terme, on veut que la situation se normalise et qu’on puisse donner aux francophones et aux Flamands les gouvernements pour lesquels ils ont voté, avec une Flandre autonome, un modèle confédéraliste. C’est avantageux pour les Flamands, mais aussi pour les francophones, a indiqué Bart De Wever.

La N-VA pose ses conditions à un taxshift

Par ailleurs, la N-VA est prête à débattre du taxshift dans un esprit ouvert mais la classe moyenne ne doit pas en être la victime et un virage fiscal n’est possible que si nous déplaçons et baissons les impôts, a indiqué samedi Bart De Wever toujours à l’occasion de la journée des familles organisée par le parti nationaliste à Boom sous le slogan « un an de changement ». La N-VA a deux exigences en matière de taxshift. La classe moyenne ne doit pas en être la victime: Le Flamand qui travaille, le petit épargnant, les propriétaires et les locataires ne doivent pas payer des impôts qui sont seulement dus par les hauts revenus. Cela nous ne le permettrons pas. Ensuite un virage fiscal n’est possible que si nous réorientons et diminuons les impôts. Et cela veut dire que nous devons encore épargner dans les dépenses de l’Etat, ajoute le président de la N-VA. Pour le président des nationalistes flamands, la sécurité sociale n’est pas encore assez efficace. Trop de moyens sont encore affectés aux structures au lieu d’aller aux gens qui en ont vraiment besoin. Nous voulons une sécurité qui soit sociale et sûre. Ainsi les gens pourront compter sur de l’aide dans les périodes difficiles et les personnes âgées pourront envisager sereinement leur vieux jours et personne ne devra alors vivre dans une misère noire.