Awex: « Nous allons privilégier les PME de moins de 5 ans »

Martial Dumont, « Vers l’Avenir », 29 octobre 2014

2014-10-29_193413

Pascale Delcomminette, dans le cadre de l’assainissement budgétaire wallon, l’Agence wallonne à l’exportation va devoir raboter son budget de 10%. C’est la bonne méthode?

C’est la méthode la plus facile pour respecter la trajectoire budgétaire imposée par l’Europe. Nous, on est dans la loyauté. Ce ne sera pas facile. Mais ce n’est pas une surprise. C’est aussi une chance de faire d’une contrainte une opportunité…

Ah bon, comment ça?

On doit se reposer des questions sur des choses mises en place à un moment d’opulence. Nous avons fait cela de manière structurelle. Je ne voulais pas de football panique.

Et ce sera quoi, dans les grandes lignes, cette restructuration?

60% de nos dépenses sont des frais fixes. Pour le reste on a travaillé sur la réduction des frais généraux, il y aura le non-remplacement de 4 départs sur 5. Et on va diminuer l’encadrement des missions. Quand 5 entreprises partent en prospection, faut-il envoyer quelqu’un de Belgique alors qu’on a un attaché commercial sur place? Non. Nous allons aussi réduire les actions de l’Awex. On est déjà passé de 180 à 150. Nous devrons aussi checker nos représentations à l’étranger. Je ne dis pas qu’on va en supprimer. Mais il faut les évaluer en fonction des évolutions géopolitiques, par exemple.

Vous allez aussi réduire les aides aux entreprises?

Nous allons indexer la participation des entreprises aux frais lors de salons ou de foires. Ça n’a plus été fait depuis 15 ans. Et nous allons également réduire les incitants financiers, c’est-à-dire les aides à la prospection, à la consultance ou à la création de sites internet pour les entreprises par exemple. Par contre, nous allons désormais simplifier les aides auxquelles elles auront droit. Elles pourront gérer une enveloppe budgétaire plafonnée mais beaucoup plus souple. Les entreprises ont autant besoin de simplification administrative que de moyens.

Mais le gouvernement wallon a fait du développement des PME une priorité! Leur enlever des moyens, ça ne risque pas de les empêcher d’exporter? On ne risque pas de se retrouver uniquement avec de grosses entreprises qui auraient la possibilité de prospecter les marchés étrangers?

Non. Dans notre réflexion, c’est le contraire: nous allons plus soutenir les PME avec un bonus aux entreprises qui démarrent. Les entreprises de moins de 5 ans bénéficieront d’un supplément de budget. On fera de la discrimination positive pour les PME. Ce sera notre critère principal.

On peut imaginer que des entreprises plus grosses ne bénéficient plus d’aides du tout et que toutes les aides de l’Awex se concentrent sur les PME?

Non, l’Awex assurera toujours un service minimum pour toutes les entreprises. Par contre, dans ce cadre-là, je me réjouis que le non-remplacement des personnes qui quittent l’Awex ne soit que pour deux ans. On est une entreprise de services aux entreprises. En dessous d’un certain niveau de moyens, on risque de ne plus pouvoir assurer notre service…

C’est un message au gouvernement?

Je dis simplement attention: les exportations, ça rapporte. C’est 70% du chiffre d’affaires de nos entreprises. Le gouvernement doit aussi en être bien conscient si nous voulons continuer à créer de la valeur.