La Fédération cherche bien 230 millions d’euros

A.C., « La Libre Belgique », 29 septembre 2014

2014-10-02_111408Les comptes budgétaires ne sont pas encore bons à la Fédération Wallonie Bruxelles (FWB). Le montant à dégager pour l’exercice 2015 sera supérieur aux 140 millions d’euros initialement annoncés. Un ministre nous indiquait dimanche que l’on devrait se situer dans une fourchette approximative de 230 à 240 millions d’euros, même s’ « il s’agit d’un chiffre non avalisé par les négociateurs », comme le déclarait, samedi, le ministre-Président Rudy Demotte (PS). Selon « Le Soir » de samedi, cette forte augmentation s’explique par la révision à la baisse des perspectives de croissance et par des recettes moindres – la dotation liée à l’impôt des personnes physiques se contracte et le calcul du nombre d’élèves s’avère moins favorable que prévu.

Réunions techniques

Le montant précis de l’effort doit donc être « affiné »« On en est toujours aux réunions techniques et aux bilatérales. » Dimanche, sur RTL-TVI, Joëlle Milquet (CDH), ministre de l’Enseignement et de la Culture, soulignait qu’ « on est dans l’incertitude puisqu’on dépend aussi largement du fédéral ». Suivez son regard : si le futur gouvernement « suédois » décide d’un saut d’index, cela diminuera sensiblement la facture de la FWB puisque les salaires des fonctionnaires ne seront pas indexés. Selon une source, le gain est de 77 millions en année pleine. Soit environ 60 millions si le saut a lieu en avril. « Moi, je suis contre le saut d’index parce que c’est contraire au pouvoir d’achat des citoyens », a ajouté Mme Milquet sur RTL. « Mais s’il y en a un, on doit en tenir compte. »

Quant aux mesures qui seront prises, elle s’est voulue rassurante. Par rapport au fédéral ou à la Région wallonne, « on est dans des proportions très raisonnables » puisque le budget total de la Fédération est d’environ dix milliards d’euros. Et « sur une grande masse, vous pouvez faire des choses qui ne se ressentent pas beaucoup mais qui ont un certain rendement ».

Pistes d’économies

En matière d’Enseignement, elle dit vouloir « surtout travailler sur des mesures d’optimalisation, de mutualisation de coûts, de diminution de frais de fonctionnement (…) Un simple exemple – et je vais le faire. Si on crée une centrale d’achats – une seule – pour la négociation de tous les contrats énergétiques de toutes nos écoles, vous voyez la diminution sur les factures que l’on peut faire pour chaque école ! »

Jeudi passé, Rudy Demotte (PS) avait avancé trois autres pistes de réflexion en matière d’économies : diminution du nombre de fonctionnaires dans l’administration par le non-remplacement de départs naturels (gain : 15 millions), diminution des dépenses non obligatoires (15 millions aussi), et gain sur les taux d’intérêt des emprunts de la FWB (11 à 12 millions). Enfin, en matière de Culture, Joëlle Milquet évoquait, dans « La Libre », un effort de 3 % sur un budget total de 300 millions d’euros (soit 9 millions). Verdict pour la mi-octobre au plus tard.