La Wallonie devra affronter un déficit d’1,1 milliard en 2015

Vers l’Avenir – Belga 24 juillet 2014

2014-07-27_103013

La Wallonie entend atteindre l’équilibre budgétaire à un rythme soutenable, a indiqué jeudi le nouveau ministre-président, Paul Magnette, en conclusion du débat sur la déclaration de politique régionale. En 2015, elle devra faire face à un déficit d’1,1 milliard d’euros.

Dans la trajectoire pluriannuelle qu’elle a définie, la Région devrait fournir un effort supplémentaire de 335 millions d’euros en 2015 (et de 660 millions en 2016) auxquels s’ajoutent les opérations de requalification imposées par les règles de comptabilité européennes. Au total, l’effort s’élève à 1,1 milliard d’euros qui iront en décroissant dans les années à venir.

Sur un budget total de 13,5 milliards d’euros, supporter un tel effort en une fois signifierait une «catastrophe sociale», selon Magnette. La Wallonie s’autorisera donc un déficit l’an prochain de 450 millions d’euros, destiné à se réduire pour arriver à l’équilibre budgétaire en 2018. Le lissage des investissements s’élèvera à 355 millions d’euros tandis que les «efforts réels», c’est-à-dire les économies, atteindront 390 millions réalisés pour la plupart par des mesures linéaires.

Dans le cadre de la confection du budget, le gouvernement verra avec chacun de ses ministres et des patrons des organismes pararégionaux comment ces économies seront réalisées. Magnette a énuméré quelques unes des mesures linéaires, dont le remplacement partiel des départs dans la fonction publiques. Elles impliqueront qu’à de rares exceptions, dont celle de l’Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées, il n’y aura pas de nouveaux engagements de dépenses possibles en 2015 et 2016.

Le ministre-président ira défendre sa trajectoire au comité de concertation qui réunit le fédéral et les entités fédérées, dans un rapport de force qui n’avantagera guère les entités francophones vu la similitude de coalitions en Flandre et au niveau fédéral.

«Nous irons négocier au comité de concertation. L’esprit de loyauté fédérale et de concertation sera plus important que jamais», a ajouté Magnette.

«Les Wallons vont être durement touchés. C’est l’austérité dure qui est annoncée», a averti, dans l’opposition, Willy Borsus (MR).

«La Déclaration de politique régionale s’appliquera pour l’essentiel à partir de 2017», a souligné Stéphane Hazée (Ecolo) qui redoute un «automne social».