PIB : Demotte maintient ses chiffres

Martial Dumont, « Vers l’Avenir », 8 avril 2014

2014-04-09_212902La semaine dernière, dans L’Avenir et sur www.lavenir.net, le ministre président wallon, Rudy Demotte présentait, avec l’Iweps, le bilan chiffré du Plan Marshall.

Selon Demotte, la Wallonie aurait, entre 2008 et 2011, contribué pour 27% au PIB belge. Ce qui représenterait un bond énorme par rapport à 2003.

Le politologue Vincent Laborderie mais également le MR réfutent catégoriquement ces chiffres (voir nos éditions d’hier).

Tous se basent sur les chiffres de l’Iweps qui renseigne, lui, une participation wallonne au PIB à hauteur de 23,5%. Une sacrée différence…

Prendre en compte plusieurs facteurs

Suite à ces critiques, Rudy Demotte estime devoir mettre les choses au point. Et maintient ses chiffres.

«Tout comme l’Iweps, j’observe que la part de la Wallonie dans le PIB belge est passée de 23,7% à 23,5% entre 2003 et 2011. Mais cette information n’est qu’une seule facette d’un problème plus complexe. »

En effet, estime le ministre président, le calcul de la participation au PIB doit s’analyser de manière multifactorielle.

Et Demotte d’expliquer que son calcul s’appuie sur les chiffres de l’Iweps du PIB… en volume. Lui ne calcule pas la participation wallonne de manière globale mais bien par rapport à l’accroissement de celui-ci.

En clair, Demotte parle du pourcentage wallon dans l’amélioration du PIB, pas du pourcentage dans le PIB en général. Nuance, nuance…

«Durant la période 2003-2007, l’accroissement du PIB belge s’est élevé à 35 milliards auxquels la Wallonie a contribué à hauteur de 21%. Entre 2008 et 2011, le PIB belge a augmenté de 8 milliards… auxquels la Wallonie a contribué à hauteur de 27%.»

Bref, le PIB belge a augmenté moins… Mais la Wallonie a contribué plus. Autrement dit, sans elle, c’eût été pire. On a déjà entendu ça quelque part…

Une explication qui en vaut une autre. Mais qui, de toute façon, sera contestée.

C’est sûr, les chiffres, on leur fait souvent dire ce qu’on veut en fonction de l’interprétation…