La Région a gaspillé 700.000€ pour une vitrine de promotion de la Wallonie à… Cuba

Sudinfo, Adrien de Marneffe, 13 mars 2014

Adrien de Marneffe

L’argent a été investi en 2006 à La Havane dans la rénovation d’un bâtiment. En échange, la Wallonie a obtenu une vitrine promotionnelle, une sorte de musée de la Wallonie pour encourager le tourisme dans nos régions. Les Cubains ne se bousculent évidemment pas au portillon pour visiter nos contrées… Pire, cet argent a été investi sans contrepartie financière !

2014-03-13_185041

8 ans après son inauguration en grande pompe par le ministre-président wallon de l’époque, Jean-Claude Van Cauwenberghe, accompagné de Michel Daerden, la « Vitrine de la Wallonie » trône toujours fièrement au milieu de l’historique Plaz Avieja, à La Havane. Il s’agit d’une vitrine promotionnelle, touristique. Elle comprend une présentation générale de la Wallonie, un espace « Patrimoine », « Savoir-faire et Technologies » mais aussi « Tourisme – Sport – Folklore et Gastronomie ». Une sorte de musée de la Wallonie. Une vitrine destinée à encourager le tourisme dans notre région mais… plantée dans un pays dont les habitants ne peuvent voyager vers l’Europe qu’à des conditions très restrictives. Et dont les moyens financiers pour le faire sont extrêmement limités. Un choix particulier. Et un gouffre financier. Car cette « Casa de Valonia », comme on la nomme à La Havane, aurait coûté en 2006, la bagatelle de 700.000 euros. Pour un retour sur investissement nul.

Willy Borsus, chef de groupe MR au Parlement wallon s’en est récemment ému, interpellant le ministre-président Rudy Demotte à ce sujet. «Je m’interroge réellement sur l’intérêt pour la Wallonie d’avoir investi autant d’argent à Cuba», explique Willy Borsus, «Je comprends qu’on promeuve la Wallonie et son tourisme, à l’étranger. Mais je doute vraiment que notre région accueille beaucoup de touristes cubains chaque année… Concrètement, quel bénéfice pour la Wallonie ? Je ne comprends pas cette stratégie…»

Mais comment cette « vitrine de la Wallonie » a-t-elle pu échouer dans un lieu aussi exotique que la capitale cubaine ? Il faut pour cela remonter à la précédente législature. En 2006, un accord de coopération entre Wallonie et Cuba est signé à l’occasion de la visite officielle à Cuba du Ministre-Président Van Cauwenberghe, accompagné de Michel Daerden. Il inclut la rénovation d’un ancien Palais situé dans le centre historique de La Havane, classé par l’UNESCO. La Wallonie met alors la main au portefeuille et finance la rénovation pour un montant total de 600.000 euros. En échange, Cuba met un espace à la disposition de la Région wallonne, situé au rez-de-chaussée du bâtiment. C’est là que sera établie la « Vitrine de la Wallonie ». 41 000 € seront encore investis pour le mobilier et 61 900 € pour le matériel électronique, audiovisuel et informatique. Soit un coût total de 702.900 €. Et depuis lors ? Pas grand-chose… La « Casa de Valonia » est aujourd’hui gérée par des Cubains et les recettes leur reviennent. Les 702.000 euros dépensés par la Wallonie semblent donc n’avoir eu d’autres objectifs qu’un parrainage désintéressé. Du mécénat, en somme.

Financièrement autonome

Inutile pour autant de jeter le bébé avec l’eau du bain. Aujourd’hui, elle est financièrement autonome. «  C’est un outil de visibilité sans frais, qui permet d’atteindre tant la population cubaine qu’un public international important. », précise Marine Duvinage, membre du cabinet du ministre-président Rudy Demotte.

«Aucun fonctionnaire wallon ne travaille sur place, et la Wallonie ne finance plus rien.  Je ne vois donc pas pourquoi la Wallonie voudrait faire cesser son activité», confirme Isabelle Mestdagh, attachée à l’Amérique latine pour la WBI (Wallonie-Bruxelles internation). «D’autant que c’est une vitrine très prestigieuse pour la Wallonie» Et ce, même si l’écrasante majorité des Cubains ne dispose pas des moyens de faire le voyage en Wallonie ? «Il y aussi les touristes étrangers qui se rendent à Cuba», conclut Isabelle Mestdagh.

«Il s’agit également du seul endroit de Cuba où l’on peut trouver des BD», précise Jean-Serge Dias de Sousa, secrétaire commercial de l’AWEx (agence wallonne à l’exportation) en poste à La Havane. «  Je participe parfois aux visites de la Casa de Valonia avec la délégation officielle. Des écoliers cubains viennent le visiter chaque jour. C’est extrêmement vivant. » Au moins, l’initiative aura-t-elle profité aux Cubains. Pour la Wallonie, le bénéfice est nettement moins évident. À moins que la Région wallonne se spécialise dans l’humanitaire… Qu’en pensent les contribuables wallons ?