Hausse de la fiscalité immobilière en Wallonie dès le 1er janvier

2013-11-28_220750

Belga, 28 novembre 2013

La fiscalité immobilière augmentera en Wallonie à partir du 1er janvier, via une hausse des droits d’enregistrement.

Le ministre wallon du Budget, André Antoine (cdH), a dévoilé cette « mesure de justice sociale » en primeur aux journaux de Sudpresse. L’opposition MR calcule qu’elle coûtera 2.600 euros à l’acquéreur d’une maison modeste. Les logements modestes sont ceux dont le revenu cadastral ne dépasse pas 745 euros, soit 55% des habitations. Ils bénéficient actuellement d’un taux réduit de 6% pour les droits d’enregistrement.

En l’absence de péréquation cadastrale, « il y a un manque à gagner sur nos droits d’enregistrement, mais aussi pour les communes sur le précompte immobilier », explique André Antoine. « Aujourd’hui, dans ma région comme ailleurs, on voit des fermettes vendues pour 250 à 300.000 euros mais qui bénéficient à l’achat d’un droit d’enregistrement de 6% parce que leur revenu cadastral n’a pas été réactualisé ».

Dans les zones à forte pression immobilière, la réforme limitera le taux de 6% à une tranche réduite (160.000 euros contre 200.000 actuellement). Un taux de 12,5% s’appliquera au-delà. Dans les autres zones, les 6% s’appliqueront sur une tranche plus étroite encore (151.000 euros contre 191.000 actuellement), avant de passer à 12,5%.

Le MR calcule que la mesure se soldera par une augmentation de 2.600 euros à 2.665 euros par acquisition. « Cet alourdissement de la fiscalité est incompréhensible », selon le député wallon Willy Borsus.