Willy Borsus : « Du vent ! »

Willy Borsus

Willy Borsus

Article d’Eric Deffet, dans «Le Soir» du 31 août 2013

L’Olivier vient d’accoucher du plan Marshall 2022.

Pour le chef de l’opposition libérale, ce plan est une vaste opération d’autofélicitation et de commu-nication à l’occasion de la rentrée. On se réfère aux succès engrangés par les plans Marshall mais en faisant appel à des chiffres hallucinants. Il est ainsi question de 46.388 emplois… réputés créés ou prévus à terme. C’est quoi ça ? Et à côté de cela, pas un mot sur le chômage, les séismes sociaux… L’Olivier masque ses difficultés internes, ses choix discutables et ses problèmes budgétaires. Avez-vous d’ailleurs vu une ligne d’élément budgétaire dans ce document, alors que cela reste l’essentiel ? Quand on a autant de mal à gérer le quotidien, on ne se met pas à expliquer ce qu’il faudrait faire durant les prochaines années. Franchement, ce plan est un catalogue de vagues intentions, du déjà-vu.

L’école est une priorité ? Tout le monde est d’accord. Mais les mesures prévues relèvent du lieu commun. On atteint parfois le cocasse. A propos de la transition énergétique, ce plan commence par affirmer qu’il faut… définir un plan fixant les objectifs clairs et nécessaires. Un plan pour lancer un plan, quoi !

C’est comme Marshall 2022 était le futur programme d’un gouvernement en toute hypothèse. Mais le rendez-vous déterminant sera le vrai accord de majorité conclu par les partenaires après les élections. Au MR, nous ne nous sentirons jamais tenus par ce texte, qui doit être revu et corrigé. Nous n’y trouvons rien par exemple sur la simplification des structures publiques. Cet exercice cherche à confisquer le choix de l’électeur.