Le logo rigolo

Wallonie

Edito de Thierry Dupièreux dans «Vers l’Avenir» du 29 juin 2013

Bon d’accord, il y en a que ça ne fait pas rire, mais le logo pondu pour dynamiser l’image de la Région wallonne à l’étranger, c’est un ressort comique à lui tout seul.

Dès sa présentation, il a nourri quelques railleries, son prix (60 000 €) semblant à l’opposé de son minimalisme extrême. Cerise sur la gâteau ? La polémique, nourrie hier, autour de la marque Wallonia.be venant rehausser le relooking du branding de la Wallonia Touch. Mettant la charrue graphique avant les bœufs virtuels, le gouvernement wallon a présenté sa nouvelle identité visuelle avant de réellement posséder l’adresse internet Wallonia.be. En termes de communication, ce n’est pas ce que l’on a fait de mieux. C’est franchement une erreur. Lorsque de telles sommes sont engagées (on est quand même dans l’aboutissement concret d’une étude McKinsey qui a coûté 577.000€), il faut présenter un dossier fini, inattaquable, réglé dans ses moindres détails. Là, on est loin du compte. Et on ne peut que sourire face au décalage constaté entre ce couac croquignolet et les envolées lyriques accompagnant la présentation du logo. « Il faut hisser le pavillon » lançait le ministre-capitaine Demotte « il faut se démarquer ». « Au bout de dix ans de plan Marshall » renchérissait Jean-Claude Marcourt « il était temps de se repositionner par rapport à ce que nous sommes aujourd’hui ». C’est-à-dire cinq petits points noirs sur une surface blanche ? Allez ne soyons pas mesquins, c’est vrai qu’un logo efficace ne doit pas forcément être complexe. La simplicité est parfois porteuse. Regardez le swooch, la virgule de Nike ou le « M » de MacDonald, ce sont des logos épurés, sans fioritures. Alors cinq points noirs, finalement, pourquoi pas ? Hier, le logo vivait déjà sa vie sur internet. Détournée à tour de bras dans des versions plus amusantes les unes que les autres, l’identité visuelle wallonne s’est déjà métamorphosée en boules de Lotto, constellation, proie de Pac-Man ou pictogramme de météo neigeuse. Certains affirment que la notoriété d’un logo se mesure aux détournements dont il fait l’objet. À ce petit jeu-là, la Région wallonne peut se vanter d’en sortir gagnante.