Indépendance ?

4hL’analyse de Martial Dumont dans « Vers l’Avenir » du 17 avril 2013 Il y a quelques semaines, Rudy Demotte avait «gentiment» fait comprendre aux députés de la majorité Olivier qu’ils feraient bien de la mettre en sourdine. Quelques PS et CDH avaient critiqué en séance publique le nouveau cadre éolien et la cartographie des éoliennes que le gouvernement avait concoctés. Le ministre Écolo Philippe Henry, avait alors dégusté. Le but de l’intervention du ministre président était de resserrer les boulons et d’éviter une impression d’anarchie au sein d’une majorité déjà claudicante. De quoi d’ailleurs alimenter les débats sur l’indépendance du parlement par rapport au gouvernement. Aujourd’hui, il faut bien constater que le petit doigt sur la couture du pantalon, ce n’est pas (plus) la spécialité des députés PS et cdH. Démocratiquement, on s’en réjouirait plutôt, d’ailleurs. D’autant qu’on ne peut pas vraiment dire que les interventions socialistes et humanistes sont dénuées de pertinence. Après tout, même dans la majorité, il faudrait être culotté ou complètement aveugle pour dire que la communication et la gestion du dossier photovoltaïque ces dernières semaines n’ont pas été calamiteux. Ce qui est plus douteux en revanche, c’est le véritable but poursuivi par le PS et le CDH. Car, finalement, alors que la débâcle est collective, on a l’impression que c’est surtout Nollet, et donc Écolo qui prend tout. Certes, le ministre a été loin d’être inspiré dans cette affaire, multipliant, notamment, les erreurs de com. Mais on ne peut pas dire non plus que Rudy Demotte et surtout André Antoine l’aient aidé à sortir de la mouise en tergiversant pendant des semaines sur la marche à suivre. Crier haro sur le seul baudet vert, ça revient donc clairement à une chose : le trucider et l’évincer de la course avant même le démarrage de la campagne électorale de 2014. Bref, c’est faire, pour Écolo, du fiasco photovoltaïque un nouveau Spa-Francorphamps. De la part du MR, dans l’opposition, c’est le jeu politique logique. De la part du PS et du CDH, partenaires d’Écolo, c’est beaucoup moins glorieux.